Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 23 juillet 2014 - 08:34 - Mise à jour le 13 juillet 2016 - 11:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Un village pour adultes handicapés au coeur du Gers, la volonté d'un mécène

Le village Terre d'Espoir a été inauguré en 2002 dans la commune de Montréal-du-Gers. Né de la volonté et de l'expérience personnelle d'un entrepreneur informatique, Claude Bizzarri, cette résidence accueille des adultes handicapés mentaux qui ne peuvent s'assumer seuls. 24 d'entre eux vivent à l'année dans ce centre, entourés de 18 éducateurs spécialisés. De nombreux ateliers rythment leurs journée, dont celui très prisé de la mosaïque ... un symbole à quelques kilomètres de la villa gallo-romaine de Séviac...

Un village pour adultes handicapés au coeur du Gers, la volonté d'un mécène

Claude Bizzarri et son épouse ont trois enfants, dont le cadet est handicapé. Ils n'ont pas de problèmes d'argent, bien au contraire, Claude Bizzarri ayant créé une entreprise prospère. Cela ne veut pas dire que gérer un jeune adulte - en 2002 il a 28 ans, soit facile.

Le village Terre d'Espoir est né de la difficulté de trouver des structures adaptées à la vie quotidienne d'adultes handicapés mentaux. L'association loi 1901 qui gère la résidence est usufruitière de l'entreprise, ce qui lui garantit des revenus réguliers.

La résidence, construite sur un seul niveau sans marche sur un terrain plan, est accueillante et colorée grâce aux dessins et multiples décorations réalisées par les résidents. Une atmosphère paisible et sereine se dégage des différentes pièces à vivre.

Lorsque nous visitons le village pour présenter l'atelier de mosaïque aux deux chercheuses du CNRS qui travaillent sur la proche villa gallo-romaine, nous sommes très vite rejoints par une jeune femme très fière de nous présenter son travail. Dommage que cette grande tortue ne soit pas terminée, elle nous l'aurait vendue avec plaisir !

Catherine Balmelle, directrice de recherche émérite au CNRS spécialiste des mosaïques antiques, est impressionnée par la qualité des mosaïques réalisées, et partage son enthousiasme de voir cette technique apprise aux résidents avec Florence Monier, ingénieur de recherche elle spécialisée dans les décors peints (photo, aux côtés de l'éducatrice responsable de l'atelier).

L'atelier mosaïque est tellement demandé que les responsables s'interrogent sur la possibilité d'un créneau supplémentaire (aujourd'hui 3 heures une matinée par semaine), et surtout sur des financements complémentaires, notamment pour améliorer le matériel qui vient principalement des fins de stocks et des chutes de magasins de carrelage.

L'accès à la culture des personnes handicapés étant un axe de travail de plus en plus prisé par les fondations d'entreprise, qui voient là un beau moyen de développer la découverte des arts, on peut souhaiter beaucoup de subventions au village Terre d'Espoir !

Crédit Photo : Henri Portes, Gabarret blog 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer