Aller au contenu principal
Par CAMELEON Association - Publié le 31 juillet 2014 - 07:53 - Mise à jour le 11 février 2015 - 13:44
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Expédition sous la pluie, dans la boue, Charlotte raconte...

Le programme de reconstruction après le super typhon Yolanda pour les maisons des bénéficiaires de CAMELEON avance peu à peu.

Expédition sous la pluie, dans la boue, Charlotte raconte...

C’est désormais au tour des maisons des jeunes filles accueillies au centre de Passi et de celles qui ont été « réintégrées » dans leurs familles ou dans les dortoirs à Iloilo. Offrir un environnement sain et favorable au retour de la jeune fille dans sa famille est crucial pour sa reconstruction personnelle. Une trentaine de maisons ont été affectées. Et, malgré la saison des pluies qui complique nettement l’avancée du projet, elles doivent être visitées une à une afin de déterminer l’ampleur des travaux. C’est ainsi que Duc-Bang, l’ingénieur français en charge du programme, accompagné de deux ingénieurs philippins, de deux bénévoles français ainsi qu’une travailleuse sociale, ont eu l’occasion d’aller à la rencontre de ces maisons parfois bien isolées.

L’expédition pour arriver à la maison de Pink Joy témoigne de la difficulté à accéder aux domiciles des bénéficiaires pour les employées de CAMELEON.

Située dans la municipalité de Lambunao, en haut d’une montagne, la petite troupe a grimpé trois heures durant, sous un soleil de plomb qui a vite cédé la place à des pluies torrentielles. Trempés et de la boue jusqu’aux genoux, ils ont traversé une dizaine de rivières sur des petits ponts de bambous ou à pied. Entre chaque rivière, ils se sont concentrés pour garder leur équilibre dans tous ces petits chemins étroits et glissants, afin d’éviter la chute dans le ravin. Plus qu’un effort physique intense, la montée a mis les nerfs des marcheurs à dure épreuve. Les conditions climatiques et l’ascension périlleuse ont contraint quelques membres de l’équipée à abandonner et redescendre. Et ça ne s’arrête pas là. En effet, une fois rentrés, deux membres ont souffert d’une sévère insolation suite à l’exposition au soleil et à la déshydratation et ont dû rester alités quelques jours.

Cet exemple n’est heureusement pas représentatif de l’ensemble des maisons des bénéficiaires du programme de Réinsertion et Autonomie mais il a l’intérêt de souligner la difficulté du travail des employés qui doivent se rendre sur le terrain pour rendre visite aux jeunes filles et s’assurer de leur bien-être. En effet, le suivi des filles « réinsérées » (c’est-à-dire qui sont sorties du programme de Reconstruction Personnelle à Passi pour retrouver à terme leur famille) exige une implication toute particulière. Loin de se contenter d’un simple appel téléphonique régulièrement, les travailleuses sociales de CAMELEON doivent se déplacer et doivent souvent faire des heures de bus, de moto ou même à pied pour rendre visite aux bénéficiaires qui sont éparpillées sur l’ensemble du territoire de l’île de Panay, et même de Negros. La phase de réinsertion est toute aussi cruciale que les années passées au centre de Passi car c’est la période de construction de leur autonomie, c’est pourquoi CAMELEON met tout en œuvre pour accompagner les jeunes filles dans leur nouvelle vie.

Charlotte ROUSSEAU,

Bénévole aux Philippines sur les droits de l’Enfant

http://cameleon-typhon-haiyan.tumblr.com/

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer