Aller au contenu principal
Par Observatoire B2V des Mémoires - Publié le 16 octobre 2019 - 06:44 - Mise à jour le 25 octobre 2019 - 07:01
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Vers une meilleure compréhension des liens qui unissent mémoire et traumatisme

Chaque jour, l’actualité se fait l’écho de la notion de traumatisme dans notre société et partout dans le monde. Mais qu’appelle-t-on traumatisme ? Quel est son impact réel sur un individu ? Sur un pays ? Et plus particulièrement sur la mémoire, tant individuelle que collective ? La science s’interroge pour répondre à cette question et avance des pistes d’éclairage.

Vers une meilleure compréhension des liens qui unissent mémoire et traumatisme

« Toute existence connait son jour de traumatisme primal, qui divise cette vie en un avant et un après et dont le souvenir même furtif suffit à figer dans une terreur irrationnelle, animale et inguérissable. »

Dans cette phrase, tirée du livre Stupeurs et Tremblements, Amélie Nothomb évoque le traumatisme qui nous confronte, tout un chacun, du fait d’un deuil, d’un accident, d’une agression, d’un attentat, d’une guerre ou autres évènements traumatogènes, et la trace qu’il impose à notre identité, dans notre mémoire, notre quotidien, nos souvenirs. Chaque jour, l’actualité se fait l’écho de cette notion de traumatisme dans notre société et partout dans le monde. Mais qu’appelle-t-on traumatisme ? Quel est son impact réel sur un individu ? Sur un pays ? Et plus particulièrement sur la mémoire, tant individuelle que collective ?

Fort de cette observation, et des nombreuses questions qu’elle soulève, l’Observatoire B2V des Mémoires a initié un cycle d’actions et de réflexions autour de cette thématique forte, celle des liens qui unissent la mémoire au traumatisme, pour mieux les comprendre.

L’accélérateur des mémoires : la réponse à un besoin de société

L’Accélérateur des mémoires, lancé le 22 octobre dernier, va accompagner des projets de terrain et de recherche-action pour les aider à franchir un cap en leur proposant un accompagnement sur-mesure, entre soutiens financier et opérationnel. L’appel à projets a pour thématique « la mémoire à l’épreuve du traumatisme ». Ces projets peuvent répondre à différents besoins identifiés dans la société : l’accompagnement des personnes souffrant d’un traumatisme, la prévention de l’émergence d’un traumatisme, la recherche autour des manifestations d’un traumatisme, et bien sûr, l’impact avec la mémoire. Les candidatures sont ouvertes pour trois semaines, jusqu’au 12 novembre 2019 sur www.accelerateurdesmemoires.fr

Le sondage IFOP « mémoire et traumatisme »

L’Observatoire B2V des Mémoires a réalisé une enquête* en partenariat avec l’IFOP sur la thématique de l’accélérateur « mémoire et traumatisme ». L’enjeu était d’établir un état des lieux des connaissances des Français sur la notion de traumatisme, et ses impacts sur la mémoire, tant individuelle que collective. Que revêt cette notion ? Quels sont les manifestations d’un traumatisme ? Quel impact sur le fonctionnement de la mémoire ? C’est tout l’enjeu de ce grand sondage IFOP, lancé afin de mieux comprendre les défis sociétaux autour du traumatisme et ainsi mieux identifier comment les résoudre, en soutenant des porteurs de projets via l’Accélérateur des Mémoires.

En effet, si 67% des Français pensent qu’il est possible de retrouver un équilibre personnel durable après ce traumatisme, il est à noter que 81% d’entre eux évoquent comme moyens de le retrouver le soutien des proches, mais également celui d’un professionnel (81%) ou d’une association de victimes (47%).

« L’idée que parler, échanger, être consolé participe à un étayage et à une résilience est maintenant bien, connue et admise. » Catherine Thomas-Antérion, neurologue, membre du Conseil scientifique de l’Observatoire B2V des Mémoires.

L’Observatoire B2V des Mémoires souhaite poursuivre la réflexion autour de la thématique « mémoire et traumatisme » à l’occasion de conférences, articles, de vidéos, qui seront diffusés tout au long des années à venir, pour comprendre davantage la mémoire et son fonctionnement, et ainsi  mieux la préserver.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

*Enquête ifop pour l’Observatoire b2v des mémoires réalisée en juillet 2019 auprès d’un échantillon de 1508 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 2 au 5 juillet 2019.

 

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer