Aller au contenu principal
Par tamaouh - Publié le 22 octobre 2014 - 16:48 - Mise à jour le 11 février 2015 - 13:52
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Bienvenue à tamaouh

Etat des lieux des handicapées en Guinée
La situation des personnes démunies en Guinée est très précaire. Il vous suffit de faire un tour au niveau des lieux publics (les grandes artères, les trottoir et grand carrefour) pour constater que ces personnes survivent uniquement de la mendicité qu'elles pratiquent parfois à leur risque et péril. Il faut reconnaître que le premier régime politique du pays s'était toujours préoccupé de l'existence des handicapées. La construction d'un centre d'accueil des personnes handicapées en est une preuve éloquente. On peut déplorer que ce soit l'unique centre du genre réalisé à ce jour. Pire, les autorités Guinéennes ne viennent plus à leur soutien. En dépit de l'existence de plusieurs organisations de défense des droits de l'homme et d'autres organisations qui contribuent à l'amélioration de leur condition de vie, la mendicité prend de plus en plus d'ampleur et reste leur seule activité pour subvenir au quotidien. A travers nos différentes conversations, j'ai senti la nécessité d'élaborer un rapport descriptif de la situation de ces personnes démunies. Au cours d'une enquête, j'ai cherché à faire une classification de ces personnes qu'on pelle généralement des démunies. En consultant les lieux qui leur ont été affectés depuis le premier régime et qui restent sous tutelle du ministre des affaires sociales, j'ai pu distinguer les catégories suivantes :

Les handicapés physiques,
Les handicapés mentaux,
Les enfants de ces deux catégories.
Il est rappelé que la cité de la solidarité est le seul centre d'accueil des personnes handicapées pour toute la Guinée. Construit depuis1978, ce centre à une capacité d'accueil de 74 personnes. Il comprend un poste de santé et une école de sourd-muet qui ne fonctionne plus. Faute de soutien, ces handicapés errent désormais à travers la ville, au vu et au su de tout le monde, dans l'indifférence des autorités. Selon certaines de mes informations, ce centre ne reçoit plu l'appui du gouvernement. Il accueille pourtant plus de 600 personnes, y compris des enfants en âge de scolarisation. Il a donc besoin d'une réhabilitation et d'une bonne gestion. Le témoignage de cette femme en fauteuil roulant, mère de quatre enfants, confirme ce constat. "Nous n'avons jamais reçu la visite d'un représentant du gouvernement encore moins son appui. Nous sommes obligés d'aller dans la rue pour trouver de quoi à nous nourrir. Nous n'avons plus de toilette ni d'eau dans le centre. Nous bénéficions quelques fois de l'assistance de certaine personnes de bonne volonté et des ONG". Certaines personnes démunies fuient le centre pour aller s'abriter le long des artères, dans les cours des hôpitaux et des mosquées où elle vivent sous des tentes de fortune avec toute leurs familles.

De l'avis des autorités des affaires sociales, de la promotion féminine et de l'enfance, ce centre est un échec social. En effet, conçu et réalisé pour former et accompagner des handicapés dans la vie professionnelle, il est devenu, au fil des années, un refuge pour des personnes en difficulté. De ce fait, la rue reste leur seul espoir. Quant aux malades mentaux et aux malvoyants, leur situation se passe de tout commentaire. Le seul sort qui leurs est réservé consiste à les battre ou à leurs enchainer les pieds lorsqu'ils deviennent agressifs. Les soins qu'ils reçoivent à l'hôpital sont souvent inefficaces et très chers pour les familles en situation inconfortable. Seuls, les aveugles issus des familles riches bénéficient d'un scolarité. Les autres sont tout simplement des mendiants accompagnés souvent d'un membre de leur famille qui leur sert de guide. Mais force est de reconnaître que cette situation n'est pas sans conséquence sur la vie des enfants issus de cet univers. Le premier enseignement reçu dès les premiers pas de leur vie reste et demeure la mendicité pour apporter plus à la famille. Ces enfants ne bénéficient pas de scolarité. Ils vivent sur les trottoirs et au grand carrefour, dans l'attente d'un embouteillage pour aller à l'assaut des véhicules stationnés, quémander quelques subsides aux transporteurs et aux passagers. Nombre d'enfants sont victimes d'accident souvent mortel à cette occasion.

L'unique école de sourds-muets de Conakry vient d'obtenir un collège...

Aider nous a lutter pour cette belle cause car nul n'est a l'abri du handicap
Qui sommes-nous ?
Tamaouh est une association française de loi 1901, créée en 2010. Elle a pour but de soutenir et d’aider les handicapés vivant en Afrique. Nous ciblons pour le moment une population d'handicapés moteurs et mentaux située en Guinée Conakry.

Le handicap est un fléau mondial. Ensemble nous pouvons atténuer cet effet.

Tamaouh signifie « espoir » en Français. Il y a de bonnes raisons à cela…

« J'ai puisé dans l'expérience de ma maladie une nouvelle force, une énergie neuve. Je désire les mettre au service de mes semblables qui comme moi se trouvent un beau jour confrontés à vivre avec un handicap. Démunis et sans secours, ils peinent à se relever de ces situations cruelles que la vie leur inflige.
C'est dans cet esprit que j'ai souhaité créer une association d'aide, de soutien et d'assistance aux handicapés qui ne peuvent bénéficier d'infrastructures publiques ou privées - telles qu'elles existent dans les pays développés – qui soient capables de les prendre en charge. L'Afrique sub-saharienne, dont je suis originaire, est toute désignée pour qu'un tel projet fasse écho, notamment dans mon pays natal, la Guinée Conakry. » Fatou Barry, Présidente et Fondatrice de Tamaouh


Nos activités
Tamaouh se fixe notamment pour buts :
de fournir des équipements nécessaires à la mobilité des personnes handicapées,
d'instaurer des structures d'accueil éducatives et médicales (dispensaires, infirmeries)
de veiller à la dispense de soins de qualité, à l'entretien et au développement social et culturel de ces populations
d’assurer et de permettre la création d’emplois par des activités autochtones de subsistance locale pour et par les populations handicapées, sans que la liste de ces activités soit limitative.
L’association s'autorise à mener les activités économiques qui servent son objet social et à en tirer éventuellement des ressources. En ce sens, elle met en oeuvre et soutient, par les moyens qu'elle juge appropriés, tout projet contribuant à l'amélioration de l'état de santé des personnes handicapées.

Bienvenue à tamaouh
Le projet de Tamaouh « Tamaouh » est une association humanitaire qui a pour objet de porter aide, assistance et soutien par tous moyens aux personnes handicapées, quelle que soit la nature de leur handicap, dans les pays les moins avancés et spécifiquement en Guinée Conakry. Dans ce cadre, elle mettra en œuvre ou soutiendra par les moyens qu’elle juge appropriés, tout projet contribuant à l’amélioration de l’état de santé des personnes handicapées, permettant leur meilleur niveau possible d’intégration sociale ainsi que tout projet destiné à assurer leur développement culturel et moral. Tamaouh se fixe notamment pour but de fournir les équipements nécessaires à leur mobilité, d’instaurer des structures d’accueil éducatives et médicales (dispensaires, infirmeries, hôpitaux …), de veiller à la dispense de soins de qualité, à l’entretien et au développement social et culturel de ces populations ou d’assurer et de permettre la création d’activités autochtones de subsistance locale pour les populations handicapées sans que la liste de ces activités soit limitative. L’association Tamaouh s’autorise à mener les activités économiques qui servent son objet social et à en tirer éventuellement des ressources. Le projet est plus particulièrement orienté vers les enfants et les adolescents. Pour cela, il faut : rendre les handicapés physiques plus autonomes en leur fournissant des équipements et matériels adaptés : fauteuils roulants, béquilles, moyens de transport adaptés à leur handicap, vêtements, soins, etc. l’Association Tamaouh souhaite aussi prendre en charge les handicapés par le biais d’activités sportives via un partenariat avec Handisports de Guinée et son Comité paralympique. La ferme agropastorale Son activité s'articule autour de deux grands secteurs : La culture (fruitière, céréalière, maraichère et cotonnière) et l'élevage (animaux de la basse-cour, ovins, bovins). La culture traditionnelle et maraichère : fruits et légumes tropicaux (maïs, ananas, banane, tomate, piment, aubergine, mangue, patate douce, orange, pomme de terre, salade, avocat, arachide et papaye). Le projet prévoit la construction d’un poulailler, une étable, un chevrier, un clapier, un puits, une maison d'habitation, un lieu de stockage, un parc, des espaces clos pour le pâturage et creuser un étang. Pour faire vivre le poulailler, nous envisageons l’achat de 2 000 poussins, poulets de chair, poules pondeuses, des canards et des lapins. Nous voulons aussi nous procurer 2 000 alevins, un groupe électrogène. Tamaouh s’assurera les services d’un vétérinaire pour la gestion sanitaire de l’ensemble des animaux de la ferme En mettant en place des activités artisanales de subsistance (poterie, cordonnerie, menuiserie, fabrication de bijoux, travail du cuir, fabrication d'ustensiles de cuisine en métal, couture) pour stimuler l’économie au niveau local. Dans l’idéal, les handicapés auront une formation agricole et vétérinaire adaptée à leur activité. Ils auront également une formation commerciale pour leur permettre de vendre leurs produits. Ces ventes seront une source de revenus pour satisfaire les besoins de la ferme et de la communauté. Tamaouh participera à l'amélioration de l'échange entre les handicapés et les autres employés, et s’engage à organiser le travail pour l’ensemble des personnels dans le respect de ses valeurs et de la réglementation en vigueur. Le projet nécessite l’acquisition d’un terrain dont la superficie est évaluée à environ 100 hectares. La ferme agropastorale sera implantée à environ 50 km de la capitale Conakry, près du village de Koya. La région est une zone fertile qui dispose d'énormes potentialités économiques. Ces potentialités étant peu exploitées, elles permettent d’envisager un bon développement pour l’association et un plus économique pour la région. Construction et mise en place de la ferme agropastorale Nous souhaitons également construire dans la proche banlieue de Conakry sur environ un hectare : une école avec cantine pour les enfants et adolescents handicapés un centre d’accueil où les personnes handicapées pourront exprimer leur situation et leurs difficultés un dispensaire où les personnes handicapées pourront bénéficier de soins gratuits de vêtements et d'équipements (fauteuil roulant, béquilles etc.) un centre de rééducation géré par des kinésithérapeutes diplômés une bibliothèque où les personnes handicapées pourront consulter des livres d'auteur et des livres scolaires un minibus permettant de faciliter les déplacements des enfants handicapés La situation des handicapés est préoccupante en Guinée par le nombre mais plus encore par le nombre d'enfants et d'adolescents atteints d'un handicap physique ou mental, voir dans certains cas les deux. Le handicap est d'autant plus pénalisant pour un enfant qu'il est moins préparé et capable de surmonter les difficultés qu’un adulte. Les enfants sont déstructurés du milieu familial et marginalisés dans la société. Les enfants ainsi abandonnés à leur destin, s’adonnent à la mendicité avec le risque de sombrer dans la délinquance. En leur apportant une aide, nous pouvons leur permettre de s'intégrer de nouveau dans la société, en les aidant sur le plan scolaire, c'est leur redonner une dignité au travers de la connaissance et plus tard dans un emploi. L'aide médicale permet de limiter la souffrance physique et psychologique.
Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer