Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 26 janvier 2015 - 07:04 - Mise à jour le 25 janvier 2017 - 11:08
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

La lèpre existe toujours, les associations se mobilisent

Les journées des lépreux ont été l'occasion de parler de cette maladie et de collecter des fonds pour la recherche et les programmes de dépistage.

La lèpre existe toujours, les associations se mobilisent

Non, la lèpre n'a pas disparu. D'après l'OMS, chaque année, 200 000 personnes supplémentaires sont touchées par cette maladie. Les continents les plus concernés sont l'Asie, l'Amérique puis l'Afrique. Sur ce dernier, le nombre de cas détectés chaque année est même en augmentation depuis 2012

Pourquoi est-il difficile de combattre la lèpre alors qu'un traitement existe ? Une incapacité à diagnostiquer les malades (durée d'incubation de 2 à 20 ans), le difficile accès au dépistage (très coûteux), le manque de formation des acteurs de santé, entre autres... Les malades sont ainsi souvent diagnostiqués à un stade déjà avancé, d'infirmité même. La lèpre est une maladie dermatologique qui conduit à des infirmités liées à son affinité élective pour les nerfs. 

Les journées mondiales des lépreux ont eu lieu les 23, 24 et 25 janvier. L'occasion pour les associations de se mobiliser pour collecter des fonds. En France, l'Ordre de Malte et la Fondation Raoul-Follereau ont particulièrement été actifs. Patrick Guyon, directeur médical spécialiste de la lèpre à l'Ordre de Malte explique sur L'Obs que les campagnes de sensibilisation grand public se révèlent insuffisantes. Il regrette qu'on ne s'inquiète plus de la lèpre parce qu'elle est touche moins que des maladies comme le Sida ou le paludisme. 

Alors, l'Ordre de Malte France (ODM) met en place des programmes de dépistage. L'organisme a introduit au Cambodge de nouvelles méthodes de dépistage ciblé et des programmes de dépistage précoce en Guinée Conakry. Il forme aussi du personnel en Asie et en Afrique à la chirurgie réparatrice, indispensable à une réinsertion sociale. Aussi, l'ODM finance la recherche. Il investit chaque année 300 000 dollars dans son programme MALTALEP qui finance des bourses de recherche. Objectif ultime : trouver un vaccin. 

10 000 bénévoles de la Fondation Raoul-Follereau ont récolté ces derniers jours, partout en France, des fonds afin de soutenir la recherche et de financer des dispensaires. Mais Marc Moreau, responsable de la région Est de la Fondation explique au journal local l'est-eclair.fr que les dons sont chaque année en baisse. Pour lui, cela traduit " une difficulté à mobiliser sur cette maladie (en comparaison avec les myopathies ou le sida)." " Notre réseau étant (par ailleurs) vieillissant, c’est mathématique…".

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer