Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 3 février 2015 - 13:24 - Mise à jour le 26 juillet 2016 - 15:54
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Le mécénat culturel sollicité pour la création d'un musée Pompidou à Libourne

La mairie de Libourne a commandé, il y a quelques semaines, une étude concernant l'éventualité de l'installation d'un musée Pompidou dans L'École de Sous-Officiers de Gendarmerie (ESOG) de la ville. L'audit a révélé que le projet était réalisable mais nécessiterait de trouver des fonds dont le montant s'avère pour le moins élevé.

Le mécénat culturel sollicité pour la création d'un musée Pompidou à Libourne

Philippe Buisson, le maire de Libourne, explique avoir financé un audit « pour savoir si l'aile gauche de l'ESOG pouvait accueillir ce musée selon un certain cahier des charges. La réponse est oui sous réserve de trouver les 5,8 millions d'euros nécessaires aux travaux ». Malgré cette somme, Philippe Buisson a annoncé, lundi 26 janvier, lors de ses vœux à la Communauté d'agglomération du Libournais, qu'il comptait défendre ce projet dans le cadre du Contrat Plan État-Région (CPER).

Le projet est celui de l'ouverture d'un Centre Pompidou provisoire, comme cela sera le cas, au printemps prochain, à Malaga en Espagne. À Malaga, le contrat vaut pour cinq ans, avec deux années reconductibles ; pour ce qui concerne la ville de Libourne, la durée retenue pourrait être quatre ans. Si le projet se réalise, le site accueillerait des œuvres du Musée National d'Art Moderne mais également des pièces appartenant au Fonds Régional d'Art Contemporain (FRAC) Aquitaine. Il serait, en outre, estampillé Pompidou, ce qui lui assurerait un prestige et une notoriété internationale, à l'image de celle du musée de Metz, qui est un musée permanent et qui attire, chaque année, plus de 350 000 visiteurs.

Plusieurs idées concernant les modalités concrètes de réalisation du projet ont déjà été formulées et doivent encore être discutées. Le Musée des Beaux-arts, actuellement au premier étage de l'Hôtel de Ville, pourrait ainsi être déménagé vers la caserne Lamarque de l'ESOG. Par ailleurs, un musée national pourrait prendre la suite du musée temporaire et y installer certaines de ses œuvres.

Les fonds à mobiliser sont donc pour le moins élevés. Ils concernent, en partie, les éventuels frais de fonctionnement – pour lesquels il faudra compter, selon les estimations, entre 230 000 et 306 000 euros par an. Mais la collecte qui s'annonce la plus délicate est celle des 5,8 millions d'euros nécessaires pour financer le chantier. Pour recueillir ces fonds, Pierre Buisson a l'intention de faire appel à la fois aux collectivités et au mécénat culturel. En effet, la municipalité envisage de débloquer environ un million d'euros, mais pas plus : « Nous devrons impérativement faire appel au mécénat culturel, continue Philippe Buisson. Pour un tel projet, il faut être accompagné des institutionnels et des privés. De toute façon, nous sommes au tout début d'un long chemin ».

 

Source

Crédit photo

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer