Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 24 mars 2015 - 16:37 - Mise à jour le 21 mai 2015 - 08:29
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[ENTRETIEN] Pauline Rouer, Odéon-Théâtre de l'Europe

Pauline Rouer est responsable du mécénat et du développement de l'Odéon-Théâtre de l'Europe. Cette célèbre institution culturelle innove en terme de levée de fonds avec une opération inédite de crowdfunding pour financer Génération(s) Odéon, un parcours découverte et pratique du théâtre proposé à des collégiens des zones d’éducation prioritaire. Pauline revient pour nous sur son parcours dans le mécénat et la levée de fonds, sur ses missions à l'Odéon et sur sa vision du secteur philanthropique.

[ENTRETIEN] Pauline Rouer, Odéon-Théâtre de l'Europe

Comment devient responsable du mécénat dans un théâtre public?

Après des études d’histoire et un master en management culturel mon parcours professionnel a démarré à New-York à la Brooklyn Academy of Music (BAM). C’est le plus vieux théâtre encore en activité aux États-Unis et sa spécificité est d’être à l’avant-garde de la création artistique mondiale. Dans ce pays le mécénat culturel est très développé et je travaillais dans une équipe de 40 personnes sur ce sujet. En dix-huit mois j’y ai vraiment fait mon apprentissage de la levée de fonds et de la fidélisation du mécénat dans le spectacle vivant. Il y a des aspects très spécifiques avec une dimension de risque qui existe beaucoup moins dans le mécénat du patrimoine par exemple. Ensuite je suis allée six mois à Buenos Aires dans un contexte totalement différent où les ressources étaient très limitées. Il s’agissait davantage de sponsoring que de mécénat et j’ai surtout traité des questions de marketing.

De retour en France j’ai travaillé dans un cabinet de conseil en philanthropie où j’ai pu approcher les différents types d’acteurs (associatifs, particuliers, universités) et de modèles. Le théâtre me manquant je suis rentrée à l’Odéon-Théâtre de l’Europe en janvier 2011 pour mettre en place et développer la stratégie de mécénat. Auparavant il n’y avait pas de poste dédié. Il a fallu faire pas mal de pédagogie auprès des entreprises pour les convaincre mais aussi en interne pour rassurer sur les craintes d’une influence possible des mécènes. Aujourd’hui le mécénat représente 10% des ressources propres hors subventions.

 

Quelles actions sont-elles mises en oeuvre ?

Depuis plusieurs années des entreprises et des particuliers soutiennent le  projet artistique de l’Odéon comme mécènes pour un spectacle ou la programmation d’une saison entière. Axa, LVMH ou Dailymotion comptent au nombre de nos grands donateurs. D’autres comme le Crédit du Nord, Eutelsat, SFR mais aussi des particuliers deviennent membres du Cercle de l’Odéon qui a vocation à soutenir quatre spectacles chaque année. On essaie avec les entreprises de ne pas rester sur des opérations ponctuelles mais de les fidéliser pour qu’elles s’approprient le lieu. Un tiers du mécénat est affecté à l’éducation artistique. Depuis trois ans le programme Adolescence et Territoires en direction des adolescents de Saint-Ouen, Clichy et du XVIIème arrondissement de Paris. Nous les aidons à se découvrir pour abolir les frontières qui les séparent malgré leur proximité géographique en leur permettant de créer un spectacle sous la direction d’un metteur en scène aux Ateliers Berthier. Et depuis l’an dernier Génération(s) Odéon. Il s’agit d’un parcours découverte et pratique du théâtre proposé à des adolescents en classe de 3ème et 4ème dans des zones d’éducation prioritaire. Le parcours en français et langue étrangère leur permet de découvrir des spectacles, rencontrer des acteurs, s’ouvrir à la culture européenne par la visite d’une capitale et participer à un spectacle sur la scène de l’Odéon. La première édition a été lancée grâce au soutien des Fondations Edmond de Rothschild et nous l’ouvrons cette année au financement participatif pour que les particuliers s’associent au projet en lançant sur notre site une opération qui se clôturera le 19 avril prochain. Notre objectif étant d’intégrer dans ce programme deux nouvelles classes  chaque année. C’est un moyen de fédérer des personnes aimant le théâtre autour d’un projet citoyen.

 

Comment voyez-vous l’évolution du mécénat ?

L’ouverture au mécénat est aujourd’hui plus grande qu’il y a quelques années mais dans le même temps la situation économique s’est tendue. Les entreprises ont donc plus de mal à aller vers la création artistique et privilégient le social. C’est pourquoi le mécénat croisé qui associe culture et social reçoit davantage d’écho. D’autres institutions le constatent comme nous.

Par ailleurs on constate un développement du mécénat individuel avec de grands donateurs mais aussi la montée en puissance des microdons. Dans le cas de l’opération Génération(s) Odéon lancée le 9 mars dernier le montant moyen des dons est de 55 euros.  

 

Crédit Photo : Malvina Delesalle

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer