24h avant les attentats, le Musée du Bardo fêtait deux conventions de mécénat

24h avant les attentats, le Musée du Bardo fêtait deux conventions de mécénat
Le 18 mars 2015, le monde entier assiste stupéfait et atterré à l’attentat du Musée national du Bardo à Tunis revendiqué par l’État islamique, qui coûtera la vie à 21 personnes. Cette attaque tragique a bien évidemment éclipsé un évènement néanmoins inédit pour le musée 24 heures auparavant : la signature de deux conventions de mécénat avec l’Union bancaire pour le commerce et l’industrie (Ubci) et le groupe Total Tunisie.


En effet, selon le site d’actualité tunisienne Direct info, 24 heures avant les attentats, le musée du Bardo avait fêté la signature de deux conventions de mécénat dans le cadre d’un vaste chantier de rénovation de l’ancien palais beylical qui abrite le musée. C’est une véritable première pour l’institution muséale que de bénéficier d’une coopération d’envergure entre des acteurs multiples au service des arts et de la culture.

Le chantier de rénovation – divisé en deux parties avec dans un premier temps la réouverture partielle du musée en juillet 2013 et dans un second temps l’aménagement muséographique de la salle Carthage prévu pour fin mai 2015 – a donné lieu à un partenariat scientifique mené entre l’Institut national du patrimoine de Tunisie (INP) et le musée du Louvre. Dans le cadre de la seconde phase des travaux, l’Ubci et Total Tunisie se sont associés au projet en devenant mécènes.

Toujours selon Direct Info, Moncef Ben Moussa, conservateur en chef  du musée souligne « le coup de pouce énorme de ces deux mécènes qui se sont engagés et mobilisés afin de soutenir l’équipe franco-tunisienne dans les travaux de restauration des sculptures et d’achever ainsi le vaste projet de rénovation et de transformation du Musée du Bardo, qui abrite la plus grande collection de mosaïque dans le monde (5 000 mètres carrés) ».

Les deux entreprises mécènes soulignent quant à elles leur engagement croisé auprès du musée Bardo au service de la culture et du patrimoine tunisien mais également au service de la jeunesse tunisienne. En effet, le chantier-école mis en place dans le cadre du plan de rénovation de l’institution offre des possibilités de carrières nouvelles, notamment dans le domaine de la restauration des œuvres d’art.

La préservation et la protection des arts mais également le développement des compétences et des perspectives d’avenir pour la jeunesse, sont plus que jamais les défis majeurs qui se posent désormais à nos sociétés et pour lesquels les entreprises ont un rôle essentiel à jouer dans un souci d’harmonie et de fraternité  sociale et culturelle. 

, , , , , ,