Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 14 juin 2015 - 19:30 - Mise à jour le 17 juin 2015 - 14:03
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[EDITO] Le don : possibilités multiples, bénéfices fantastiques, le tout-en-un

Le don est un acte gratuit, c'est-à-dire sans contrepartie officielle. Il peut s'agir d'un don financier, d'un don en nature, d'un don de compétences ou de technologie, d'un don de temps voire d'image, mais aussi – on l'a vu ces derniers jours avec la journée internationale du don de sang, d'un don de soi, d'un don de vie comme le disent si joliment les organisations dédiées comme l'association Laurette Fugain. Bref, le don c'est la vie, la richesse, l'empathie, le plaisir de donner, la raison d'être de tous ceux à qui l'on donne la parole sur ce média ... Rapide tour d'horizon du don et de son importance.

[EDITO] Le don : possibilités multiples, bénéfices fantastiques, le tout-en-un

Don, dono, donationdonaciòn, en français, italien, anglais ou espagnol, le mot vient du latin donum qui signifie cadeau, présent. On entend en effet par don un acte gratuit à la différence d'un achat ou du troc, et même si l'anthropologue Marcel Mauss a démontré que le don n'est jamais gratuit la notion de contrepartie n'est ici le sujet, mais la nature du don.

Sur Carenews, comme sur le site des associations qui font appel à la générosité du public (localement ou de façon plus institutionnalisée, lire la rubrique quotidienne pédagogique sur la philanthropie Dis Flavie), sur le site de fondations d'entreprise ou sur celles reconnues d'utilité publique qui financent des projets associatifs, le mot don est maintes fois répété. C'est l'ADN même du monde associatif, le petit bouton que l'on retrouve partout, en rouge, en bleu, sous forme de cœur ou clignotant sur les sites qui soulignent ainsi que faire un don, c'est soutenir financièrement leurs actions.

Mais faire un don c'est aussi montrer que l'on adhère à une cause, à une action, un projet. C'est une forme d'encouragement dont les bénéfices vont souvent bien au-delà du don financier. Comme le rappelait Jacques Malet de l'association Recherches & Solidarités hier dimanche 13 juin dans l'émission À but non lucratif sur BFM business sur les Trophées des associations organisés par la fondation EDF*, les donateurs font souvent des bénévoles potentiels.

On pourrait ajouter qu'ils font également des ambassadeurs formidables, des relais, des soutiens ponctuels dans les associations, en complément bien sûr de l'argent, qu'ils sont indispensables à la bonne marche et à la survie des associations.

C'est toute la politique du don, la dynamique de l'engagement par le don qu'il faut encourager. Parce que à plusieurs on est plus fort – c'est bateau mais c'est tellement vrai ! – parce que la culture du don ça se développe, surtout dans un pays comme la France depuis longtemps habitué à une forme de générosité collective, des impôts, via l'État providence. Car cette solidarité publique, si elle est une excellente chose, rend parfois peut-être un peu paresseux les citoyens que nous sommes...

Encourager l'acte de don, la culture du don, c'est la mission de tous les acteurs de la générosité au sens large, de la philanthropie. Ce sont les actions menées autour du service civique universel**, les campagnes d'appel aux dons de la fondation de France, les initiatives extrêmement nombreuses des associations de sensibilisation des jeunes publics (l'École de la philanthropie mais aussi les programmes d'incitation à la solidarité internationale du réseau IniSia dans les établissements scolaires, les class Gift de la fondation Mines ParisTech). Cette liste n'est pas exhaustive fort heureusement !

Et les dernières études (étude Cerphi Frace Générosité sur le don en France, étude sur la France bénévole de Recherches&Solidarités*) montrent que les Français sont conscients de la nécessité de s'ouvrir à l'autre, de donner du temps, de l'argent, des produits... pour faire avancer cette fameuse société civile dont on sait qu'elle peut faire beaucoup, parfois plus simplement et plus efficacement que les pouvoirs publics.

Pas parce que ces derniers ne le veulent pas, se désengagent ou abandonnent les plus démunis ou les plus fragiles, comme on l'entend parfois, mais parce que les capacités d'innovation, la réactivité et la souplesse des associations de terrain sont plus grandes.

Certes on ne peut pas répondre à tous les appels aux dons qu'il s'agisse de donner de l'argent, du temps ou du sang. Mais on peut être un peu plus ouvert aux besoins exprimés et régulièrement, ou de temps en temps, faire acte de don. Sur internet, Carenews mais aussi de nombreux sites qui facilitent la générosité et l'engagement, à l'échelle du pays, des quartiers ou encore des communes, vous y aident. Entrez dans le monde des e-donateurs pour mieux donner dans la vraie vie !

* Le 10 juin dernier, en partenariat avec la fondation EDF et Probonolab l'association Recherches & Solidarités publie la 12ème édition de son enquête sur la France bénévole (menée auprès de 3 000 personnes).

** Voir aussi le site de l'Agence du Service Civique

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer