Aller au contenu principal
Par Greffe de Vie - Publié le 13 juin 2013 - 15:15 - Mise à jour le 11 février 2015 - 13:18
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Placée sur la liste d'attente d'adultes, la petite Sarah a pu être greffée.

Sarah Murnaghan, dix ans et gravement malade de la mucoviscidose, a été greffé mercredi après avoir mené une bataille médiatique pour être placée sur la liste d’attente d'adultes.

Placée sur la liste d'attente d'adultes, la petite Sarah a pu être greffée.
Les parents de Sarah ont fait appel au début du mois de juin à la Secrétaire américaine à la Santé, Kathleen Sebelius, pour effectuer une dérogation exceptionnelle pour placer Sarah sur la liste d’attente pour adultes. Cependant, Kathleen Sebelius a répondu ne pouvoir intervenir pour accélérer le processus de greffe. Elle a également accordé « Je ne peux imaginer quoique ce soit de plus difficile ». Lors de l’audition parlementaire où les élus locaux de Pennsylvanie, émus par la situation, lui pressaient d’intervenir, elle expliqua « Malheureusement, il y a 40 habitants de Pennsylvanie gravement malades âgés de plus de 12 ans qui attendent aussi une greffe et trois autres enfants dans le même hôpital de Philadelphie avec le même niveau de gravité de Sarah ». La liste d’attente de greffe pour les moins de 12 ans, en haut de laquelle se trouvait Sarah, est bien distincte de celle des adultes, selon une règle établie par un comité de spécialiste et qui veut que les enfants ne reçoivent que des greffes d’enfants, en raison des risques médicaux. Or, les dons d’organes y sont beaucoup plus rares que les adultes. «Les règles existent et sont réévaluées régulièrement car le pire serait, à mon avis, qu'un individu soit capable de choisir qui vit et qui meurt», a justifié la ministre. «Il faut un processus guidé par la science médicale et les experts médicaux». Néanmoins, un juge a finalement ordonné, le 5 juin, que Sarah soit transférée sur la liste d'attente des adultes après que ses parents eurent intenté une action en justice arguant que le système d'accès aux organes était discriminatoire pour leur enfant. En France, un tel événement ne peut pas se produire. Il n'y a pas de liste distincte adultes/enfants. Selon l'Agence de biomédecine, l'âge entre en compte dans l'attribution d'un organe parmi une multitude d'autres critères parmi lesquels des critères médicaux (comme l'état de santé du patient), des critères biologiques (groupe sanguin, taille de l'organe) et des critères géographiques (localisation du patient et de l'organe). Ces critères combinés sont calculés par un logiciel-algorithme qui établit un "score d'attribution" désignant le patient-bénéficiaire. La loi française exige d'attribuer au meilleur receveur l'organe disponible. Une greffe de poumons a été rapidement trouvé pour Sarah et mercredi, Janet Ruddock Murnaghan, heureuse, a annoncé "Nous sommes heureux d'annoncer que Sarah est sortie de la salle d'opération. Ses médecins sont satisfaits des progrès qu'elle a accomplis lors de l'opération et sont confiants pour sa convalescence". Lundi, l'organisme américain gérant la collecte et l'octroi des organes (Organ Procurement and Transplantation Network) avait donc accepté d'assouplir sa politique concernant les candidats à une greffe de moins de 12 ans.
Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer