Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 20 novembre 2013 - 08:31 - Mise à jour le 11 février 2015 - 13:21
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Les entreprises se mobilisent aussi pour les Philippines

Dix jours après que le typhon Yolanda-Haiyan a frappé l'archipel des Philippines aux pertes humaines par milliers s'ajoute une facture matérielle actuellement estimée à 14 milliards de dollars. Face à ce chiffre faramineux les états de la planète alignent les promesses par millions: 20 (en dollars) pour les Etats-Unis, 10 (en dollars) pour l'Australie et le Japon, 10 (en livres) pour la Grande-Bretagne et même 3 (en euros) pour le Vatican. Les grandes ONG internationales, à commencer par Médecins sans frontières, l'UNICEF, Action contre la Faim, la Croix Rouge multiplient les appels aux dons, en particulier sur internet.Elles sont largement relayées par les grandes entreprises qui, en direct ou via leur fondation travaillent en lien étroit avec plusieurs d'entre elles, abondant très souvent les dons effectués par leurs salariés.

Les entreprises se mobilisent aussi pour les Philippines

Les institutions financières fédèrent leurs collaborateurs.

Le secteur financier fort de son réseau international est en première ligne pour les levées de fonds. Ainsi le Crédit Agricole vient d'annoncer qu'il va mobiliser 1 million d'euros pour les victimes, l'association Crédit Agricole Solidarité Développement intervenant sur l’utilisation de ces fonds comme elle l’a fait lors du séisme en Haïti et du Tsunami en Asie du Sud. De son côté Axa a lancé un appel aux dons au profit de l'association de solidarité internationale CARE très prisée des anglo - saxons. Actif jusqu'en janvier 2014 celui-ci a déjà rapporté plus de 160 000 euros, chaque euro versé par un salarié étant abondé dans les mêmes proportions par le groupe dans la limite de 1000 euros par salarié. La Société Générale fait campagne auprès de ses collaborateurs pour répondre aux appels de la Croix Rouge et de CARE en abondant les versements de façon variable selon les pays

Pour être immédiatement réactif face aux situations d'urgences qui se multiplient à travers le monde BNP Paribas a créé l'an dernier un fonds de dotation "Urgence et Développement" permettant de fédérer via internet ses collaborateurs à travers le monde à tout moment. Activé en cas de catastrophe il est aussi alimenté au gré des salariés au moment du versement des bonus par exemple. L'argent collecté est réparti entre les trois ONG partenaires : la Croix Rouge, Médecins Sans Frontières, CARE. BNP Paribas double les dons effectués par ses salariés avec un maximum fixé à 1,150 million d'euros par an. Pour les Philippines le groupe a également lancé dans les grands pays d' Asie un dispositif spécifique de collecte sous toutes les formes en monnaie locale.

Les entreprises non financières à l'oeuvre sur le terrain

Mais il n'est pas besoin d'oeuvrer dans un domaine financier pour se mobiliser. Essilor a ainsi été l'un des premiers groupe d'origine française à le faire. en annonçant d'abord un don de 50 000 euros en faveur de la Croix Rouge Internationale. En rassemblant plus de 20 000 dollars US pour une aide d'urgence à la même ONG grâce à des contributions volontaires individuelles d'employés auxquelles Essilor a abondé.Chaque usine locale a également organisé un programme d’aide pour les familles des employés qui ont pu être affectées dans différentes régions des Philippines.

De son côté Schneider Electric a choisi d'axer son aide autour de l'ONG Gawad Kalinga. En dix ans d'existence celle-ci a construit 2000 villages impactant la vie de près d'1 million de personnes et s'est fixé pour objectif d'éradiquer la pauvreté aux Philippines d'ici à 2024. Schneider Electric s’engage à venir en aide aux populations des Philippines par un programme spécifique d’urgence, la Fondation Schneider Electric finançant à hauteur de 70 000 euros des rations alimentaires (eau et nourriture) pour 20 000 familles (100 000 personnes). Mais le groupe s'engage également dans l'aide à la reconstruction pour restaurer l'accès à l'énergie. Un budget de 250 000 euros est au total mobilisé par le groupe.

Orange offre à ses clients 60 minutes d'appels gratuits vers les Philippines  jusqu' au 31 décembre et a réactivé un dispositif de dons par sms à destination de la Croix Rouge. La Fondation Orange vient quant à elle en aide auprès des marins qui ont du mal à joindre leurs familles en soutenant l'ONG International Seafarers' Welfare Assistance Network, et financera les communications entre les marins philippins et leur famille à hauteur de 30 000$.

Sur place Veolia Environnement se mobilise via sa Fondation et son réseau de collaborateurs volontaires "Veoliaforce". Plusieurs d'entre eux sont sur le terrain dans la zone de Tacloban pour assurer le montage de deux stations de traitement d'eau et la formation des opérateurs. Une station dite Aquaforce 500 permet de fournir 15 litres d'eau potable par personne et par jour à une population pouvant aller jusqu'à 2000 personnes. Le groupe est aussi en contact sur place avec les ONG Première Urgence, la Croix Rouge française, Médecins du Monde. 

Idem pour GDF Suez qui a envoyé sur l'île de Cebu une équipe de bénévoles d'Aquassistance en partenariat avec Action contre la Faim. Trois unités mobiles de potabilisation de l'eau vont bientôt permettre d'alimenter 15 000 personnes par jour. 

La Fondation GDF Suez a débloqué 50 000 euros pour son partenaire historique la Voix de l'Enfant et les associations sur place comme Un enfant par la main, Alouette ou Caméléon installée dans la région de Visayas, l'une des plus touchées. 

Enfin l'Oréal Philippines a adressé 150 000 dollars au ministère de l'éducation pour aider à la reconstruction des écoles alors qu'une équipe de volontaires s'est mobilisée sur place auprès de la Croix Rouge.

Photo : Dans la ville de Tacloban, les dégâts provoqués par le typhon sont immenses. - AFP

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer