Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Migrants et réfugiés : le monde associatif s’engage

Migrants et réfugiés : le monde associatif s’engage
L’année 2016 aura été marquée par la crise migratoire européenne faisant débat tant en France qu’à l’international. De nombreuses mesures ont été appliquées afin de gérer les flux migratoires et l’intégration des réfugiés, mais cela ne semble pas suffisant. Des associations se mobilisent alors pour lutter contre le rejet des migrants par la société et des hommes et femmes se réunissent pour trouver des solutions d’accueil.


En 2016, le nombre d’arrivées de migrants en Union européenne a chuté de deux tiers selon Frontex, chargé de la surveillance et du contrôle des frontières de l’UE. Ils ont recensé 364 000 entrées sur le territoire européen contre près d’un million en 2015. Cette diminution de la migration est due à plusieurs mesures prises à cet effet.

 

Accueil des migrants en Europe : la Turquie est la réponse de l’Union Européenne

L’accord conclu avec la Turquie en mars 2016 stipulait que le pays devait empêcher les réfugiés de traverser les frontières pour rejoindre l’Europe du nord ou de l’ouest en échange d’indemnités payées par l’Europe. La Turquie, elle, continue d’accueillir nombre de migrants. Ils sont près de 2 726 900 selon le blog de Médiapart et plus de 500 000 enfants de réfugiés seraient nés en Turquie. De plus, la lutte contre les passeurs clandestins, actions notamment menées par l’Italie a permis de réduire le flux d’arrivées.

La fermeture de « La route des Balkans » empêche les réfugiés de quitter le territoire grec où ils sont plus de 60 000 dans des camps ou à la rue. La « Jungle de Calais » était peuplée de 10 000 à son maximum.

 

La crise migratoire n’est pas finie

Cependant, les arrivées par la mer Méditerranée battent un nouveau record avec plus de 181 000 personnes enregistrées, toujours selon Frontex, soit plus de 20% de réfugiés de plus qu’en 2015 qui sont pour la plupart Nigérians, Érythréens ou Guinéens. Les embarcations de fortune traversant la Méditerranée ont causé la mort de près de 5 000 personnes en 2016.

Malgré une diminution du flux migratoire en 2016, le nombre de demandes d’asile continue d’augmenter. Au troisième trimestre en Europe, près de 360 000 demandes d’asiles ont été enregistrées dont 237 000 pour l’Allemagne et 20 000 en France.

Parallèlement, depuis le démantèlement de la « Jungle de Calais », la préfète Fabienne Buccio mise sur la tolérance zéro. Les migrants interpellés sont directement reconduits dans le pays européen duquel ils sont arrivés ou dans leur pays d’origine pour les Albanais par exemple. Selon les associations, entre 150 et 200 personnes errent encore dans la ville.

 

 

En guerre contre les préjugés sur les migrants

Face aux nombreuses idées préconçues véhiculées par les Français et les politiciens, les associations ont décidé de se regrouper afin de lutter contre les préjugés. Lassées d’entendre « qu’en France il vaut mieux être migrant que SDF », que « les étrangers volent le travail des Français » ou que « les chômeurs ne veulent pas travailler », plus de 51 associations comme la Croix-Rouge ou Emmaüs ont décidé de partir en campagne.

L’objectif est d’opposer la réalité observée sur le terrain aux stéréotypes, à la démagogie et aux discours politiques.

Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre souhaite « affronter directement » les candidats et politiques qui relaient ces idées fausses. Pour cela, les 51 associations vont créer un site internet répertoriant tous les discours entendus afin de lutter contre la désinformation. « On ne peut pas subir un tel décalage entre la réalité de ce que vivent les personnes et les discours politiques. »

Les associations rappellent qu’un ressortissant français a, en principe, accès à un parc d’hébergement spécifique, c’est à dire hébergement d’insertion, places d’allocation, logements temporaires, places de stabilisations, etc. Seuls les logements sociaux et les hébergements d’urgence sont partagés avec des migrants.

 

Prendre exemple

Mercredi 18 janvier aura lieu une conférence organisée par France Bénévolat « Comment mieux intégrer les réfugiés et les migrants dans nos sociétés, échanges de pratiques innovantes réalisées en Europe du Nord ». Seront présentées différentes régions comme Västra Götaland et Goteborgen, en Suède ainsi que des villes comme Stuggart ou Oslo et leurs manières innovantes d’accueillir des réfugiés avec par exemple l’autogestion des camps par les réfugiés. Il sera également question des mineurs isolés. Le but est de favoriser les coopérations entre tous les acteurs locaux pour répondre à la diversité des besoins liés à l’accueil des réfugiés et favoriser l’implication des réfugiés comme co-acteurs de leur accueil. Cette conférence aura lieux à la maison de l‘Europe à Paris mais est malheureusement complète.

, , , ,