Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 12 avril 2017 - 11:53 - Mise à jour le 26 avril 2017 - 07:54
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Mécénat et grandes expos, deux armes pour les fondations privées

Outre le mécénat culturel, les fondations privées ont d’autres façons de mettre en évidence leur esprit philanthrope tout en améliorant leur notoriété. Les expositions et les collections constituent, semble-t-il, une nouvelle stratégie marketing efficace.

Mécénat et grandes expos, deux armes pour les fondations privées

Quand les fondations privées se prennent pour des musées

La présentation de la collection Chtchoukine vient de terminer et la Fondation Louis Vuitton peut se réjouir du succès de cette opération. La collection a connu un grand succès auprès du public parisien puisqu’elle a attiré 1,3 million de visiteurs. Un record depuis l’exposition « Toutankhamon et son temps » qu’a abrité le Petit Palais en 1967. Cet exemple illustre une nouvelle tendance à laquelle ont recours les fondations privées pour renforcer leur image : le soutien à la culture non sous la forme d’une enveloppe, mais d’expositions ouvertes au public. La loi sur le mécénat datant de 2003, baptisée « loi Aillagon », offre par ailleurs des avantages fiscaux aux fondations privées et les incite à mettre en place ce type de projet. La Fondation Cartier opte depuis plus de 20 ans pour le mécénat et les lieux d’expos. Une tendance qu’ont décidé de suivre également la Fondation Galeries Lafayette et la Fondation Hermès.

Faut-il s’inquiéter pour les musées ?

Cette nouvelle stratégie adoptée par les fondations privées ne représente pas un réel danger pour les grands musées comme le Louvre, car les grands mécènes tiennent à rester associés à un nom prestigieux et à un grand symbole de la culture française. Les musées plus modestes, en revanche, pourraient en pâtir et subir la loi des grandes fondations. Mais c’est surtout pour la philanthropie et son essence que l’on pourrait s’inquiéter davantage. Car en recherchant des lieux spectaculaires pour accueillir leurs expositions, les fondations privées ne font plus de la promotion de la culture leur première priorité. Derrière ce genre d’opérations se cache en réalité une volonté de créer son propre espace et de générer des profits. Une question d’ego et d’argent, donc, qui pourrait reléguer la culture à un second plan.

Source : Libération

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer