Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 7 juillet 2017 - 10:20 - Mise à jour le 20 juillet 2017 - 15:11
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

3D Celo met l’impression 3D au service de l’intérêt général !

On entend de plus en plus parler de l’impression 3D comme d’une révolution dans le monde de la technologie. Pour l’équipe de 3D Celo, c’est bien plus que cela. L’impression 3D au service de l’intérêt général peut changer la donne pour les quelque 10 millions de personnes amputées dans le monde. Nous sommes allés à la rencontre de Léopold Lanne, co-fondateur de Sano Celo et 3D Celo, l’association et l’entreprise qu’il a créées avec Léonard Gaucher, pour en savoir plus sur ce concept innovant.

3D Celo met l’impression 3D au service de l’intérêt général !

Tout a commencé lorsque Léopold Lanne est parti en Inde. Le jeune ingénieur a alors été frappé, non seulement par la situation précaire de la majorité de la population, mais aussi par le manque crucial de structures médicales. Marqué par cette expérience, Léopold Lanne décide d’agir. De retour en France, il reprend contact avec son camarade d’école préparatoire, Léonard Gaucher, qui lui, travaillait déjà dans le secteur des imprimantes 3D. Entre le constat fait en Inde et la découverte du potentiel de l’impression 3D, les deux ingénieurs ont vite trouvé comment utiliser l’un au service de l’autre : il leur a semblé naturel de créer une association, Sano Celo (Objectif Santé) afin de « promouvoir l’impression 3D au service de la santé et du développement en Afrique ». En parallèle, un projet d’entreprise s’est amorcé, et la société de formation et de conseil en impression 3D, 3D Celo a vu le jour quelques mois après la création de l’association.

 

L’association Sano Celo

 

En Inde, Léopold Lanne a beaucoup appris : parmi les 650 millions de personnes handicapées sur la planète, près de 10 millions d’entre elles sont amputées. Or, 80 % des personnes amputées vivent dans des pays en voie de développement, où l’accès aux soins n’est pas garanti. L’association Sano Celo, soit « Objectif Santé » En espéranto a alors vu le jour il y a un an, pour développer des technologies à moindre coût, et donc plus accessibles. « En France, 90 % des ingénieurs travaillent sur le high-tech, qui ne concerne que 10 % de la population. Les 90 % restants n’ont pas les moyens d’y avoir accès. Nous, nous nous concentrons sur le low-tech : cela suffit à faciliter le quotidien, et on est plus dans l’utile que le futile. » C’est ainsi que Sano Celo marque son engagement : en mettant ses compétences au service de ceux qui en ont besoin, et ce, de manière écologique.

 

En effet, l’impression 3D a un impact environnemental conséquent car il nécessite moins de déplacement que le moulage traditionnel et moins de matières premières. Les avantages de l’impressions 3D sont aussi économiques. « Une prothèse de main imprimée en 3D, faite sur mesure coûte entre 10 et 15 euros. » explique le responsable technique, Steven Launay. Une prothèse classique aujourd’hui coûte entre 41 000 et 82 000 euros selon le magazine H+. Cerise sur le gâteau : tous les modèles de prothèses sont en Opensource, c’est à dire, accessibles à tous. Ainsi, les utilisateurs des prothèses ou même d’autres experts, médecins ou ingénieurs peuvent suggérer des modifications, des améliorations… « Le consommateur devient prosommateur c’est à dire, un consommateur pro-acteur » ajoute Léopold Lanne.

 

L’entreprise 3D Celo

 

De l’association Sano Celo est née l’entreprise 3D Celo quelques mois plus tard. Pour continuer à faire vivre Sano Celo, Léopold Lanne et Léonard Gaucher devaient trouver une activité professionnelle suffisamment flexible pour pouvoir partir plusieurs semaines en bénévolat.  L’équipe s’est donc spécialisée dans le conseil et la formation en impression 3D, et accompagne les professionnels dans la transition numérique. « Nous formons et conseillons des professionnels de différentes horizons, ça peut être des architectes ou des industriels par exemple. En octobre 2017, nous allons intervenir au Togo pour une formation d’un mois ». Cette formation sera faite avec leur partenaire local Afate Gninou, le premier à avoir développé une imprimante 3D en Afrique à partir de déchets recyclés. Pour plus d’informations, cliquez ICI !

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer