Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[#STREET] Innovation : Google cartographie la pollution de l’air

[#STREET] Innovation : Google cartographie la pollution de l’air
Évaluer la qualité de l’air par pays, par villes, c’est chose faite. Mais pourquoi ne pas aller plus loin en l’évaluant par rue, à l’image de Google street ? C’est le défi que s’est lancé la firme de Mountain View. En juin dernier, Google a publié les premiers chiffres de son étude en collaboration avec le Fonds de Défense Environnemental Américain (EDF).


 

 

Un concept simple et accessible à tous

C’est en associant les voitures déjà équipées de capteurs et de caméras avec de nouveaux dispositifs développés par la start-up Aclima, que les Google Cars ont obtenu le super pouvoir de mesurer la qualité de l’air de chaque rue. 

Testé uniquement dans la ville californienne d’Oakland, le dispositif devrait se démocratiser et couvrir un certain nombre de villes dans les années à venir. Dans le futur, Google Maps pourrait bien avoir une tout autre utilité que d’aider à trouver son chemin ou observer sa maison depuis Internet, en diffusant la cartographie de la pollution. Petit plus, sur ces cartes, de petites icônes « informations » apparaissent, expliquant pourquoi la pollution est plus élevée à un endroit donné. 

Prévenir des maladies grâce aux polluants observés

Trois types de polluants sont observés : l’oxyde nitrique (présent sur les axes routiers très empruntés), le dioxyde de nitrogène (résultant du mélange entre l’oxygène et l’oxyde nitrique) et les particules fines (émanant des véhicules diesel ainsi que de la combustion du bois et du charbon). Ces trois polluants se révèlent être à l’origine d’accidents vasculo-cérébraux, de crises cardiaques ou encore de certains cancers.

Par cette étude, un des objectifs principaux est de provoquer une prise de conscience de la part des citoyens. En effet, et ce depuis quelques années, ces polluants sont déclarés par les autorités comme dangereux et sont dans le viseur de groupes environnementaux, d’ONG ou de scientifiques. À terme, ces mesures sur la qualité de l’air permettront peut-être d’améliorer notre qualité de vie.

, , , , ,