Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Être instructrice / marraine pour la Fondation de la 2ème Chance

Être instructrice / marraine pour la Fondation de la 2ème Chance
La mission d’instructeur / parrain commence par une rencontre en binôme du porteur de projet, les instructeurs étudient le dossier et l’évaluent selon les critères de la Fondation puis rédigent un rapport qui permettra au Comité d’Agrément de prendre sa décision. C’est ainsi qu’ils participent au processus de sélection des candidats. En signant une charte de parrainage et en s’engageant à exercer un suivi du lauréat tout au long de son projet de formation ou de création/reprise d’entreprise, et jusqu’à sa réalisation, le bénévole, entre alors dans le rôle de parrain/marraine : il met en place un accompagnement humain et technique (conseils, expertise, mises en relations…). A l’appui de sa mission, il transmet régulièrement des comptes rendus de parrainage au site-relais et au siège.


Houria Bouabdallah, instructrice et marraine du site-relais de Saint Quentin, nous parle de son expérience.

L’usine de production de cosmétiques Soprocos, appartenant au Groupe L’Oréal, spécialisée dans la fabrication d’aérosols, a ouvert ses portes en 1965 à Gauchy dans l’Aisne. Elle est partenaire de la Fondation depuis 1998. Suite à la visite de Michel Giraud, en 1998, pour nous présenter la Fondation de la 2ème Chance, je suis devenue bénévole, instructrice et marraine dès le début du partenariat avec le Groupe L’Oréal. Soprocos est une entreprise engagée qui organise, chaque année, une journée citoyenne : la « Citizen Day ». Notre entreprise accepte que l’instruction des dossiers se fasse sur notre temps de travail, ce qui facilite l’organisation de notre engagement. De plus, la relation avec notre déléguée de site est facilitée car nous travaillons dans la même entité et il nous arrive d’instruire des dossiers ensemble.

L’instruction se fait en binôme et, à mon sens, ce fonctionnement est indispensable car les sensibilités et les perceptions de chacun sont différentes et se complètent. Une fois le projet validé, il laisse place au parrainage qui nous permet  d’établir une relation amicale et de confiance avec le lauréat. L’écoute, l’échange, la compréhension et l’entraide sont les moteurs du parrainage. Puis, au fil du temps, les échanges sont moins fréquents jusqu’à disparaître parfois. Cette absence de nouvelles, pour moi, ne m’inquiète pas, je me dis qu’au fond « ça y est, mon filleul a pris son envol et retrouve son indépendance ». C’est le but !

Par son action solidaire, la Fondation contribue à aider les personnes vulnérables et fragilisées à se reconstruire et à rebondir. S’investir auprès de la Fondation est une expérience positive. Cet engagement est un enrichissement personnel et m’a permis de découvrir d’autres réalités.

La Fondation de la 2ème Chance est un bel exemple de fraternité, sensible et soucieuse de la condition de l’autre, je m’y engage avec enthousiasme et passion.

, , , ,