Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 14 avril 2014 - 12:20 - Mise à jour le 10 février 2017 - 12:01
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[EDITO] Le mécénat et l’implication des collaborateurs

Longtemps une pratique individuelle – voire individualiste – le mécénat ne se conçoit plus aujourd’hui que comme une pratique collective.

[EDITO] Le mécénat et l’implication des collaborateurs

Associer les collaborateurs, les impliquer davantage dans la démarche de mécénat pour les fédérer et les motiver, voilà le discours officiel des institutions et entreprises mécènes.

Certes l’impact du mécénat sur les salariés (et sur la politique de recrutement), qui permet de donner du sens, est un des points qui poussent l’entreprise à devenir mécène (bien loin devant désormais l’avantage fiscal ou le rachat d’une image plus vertueuse).

Mais cette insistance à parler de l’implication et à la mettre en pratique vient-elle des collaborateurs ou est-elle le résultat d’une stratégie ?

Les entreprises ont–elles suffisamment informé leurs équipes de leurs projets, ou l’excès de bienfaisance sans communication interne a-t-il créé des tensions (pourquoi aider une association et pas augmenter nos salaires) ?

Une entreprise dans sa globalité engagée dans des actions de mécénat est-elle moins suspecte de faire du « social washing » ?

Sans doute un peu des deux, conséquences de pratiques récentes inspirées des anglo-saxons après des siècles de charité gratuite.

Il faut également souligner que les attitudes des salariés changent elles aussi. L’exigence de responsabilité sociétale est forte, les français sont de plus en plus enclins à donner, à se tourner vers les autres (voir le succès du crowdfunding par exemple). Et poussent leurs entreprises à le faire (et de plus en plus dans les PME ou ETI).

Qu’on se le dise, la politique de mécénat ne se fera plus sans les salariés … et pour la transparence, la sélection, l’implication réelle, la diversité des causes, c’est une bonne chose !

Sophie Barniaud

Sophie Barniaud, 40 ans, est diplômée de Sciences Po Bordeaux. Après quelques années dans la communication et le commercial, elle travaille pendant cinq ans aux côtés d’un député avant de rejoindre l’association SOS Préma en tant que directrice adjointe, en développant notamment les partenariats de mécénat et le lobbying institutionnel. Dans le cadre de son dernier poste de conseillère chargée de la jeunesse et de la vie associative au ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, elle côtoie les acteurs principaux du mécénat et organise la signature par le ministère de la Charte du Mécénat initiée par ADMICAL. Elle a créé l'agence de conseil et de formation Application Mécénat en 2012 et participe depuis janvier 2014 au lancement de Carenews.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer