Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 30 novembre 2017 - 06:04 - Mise à jour le 1 décembre 2017 - 11:20
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[#STREET] « Une écharpe pour mon poto » : du réconfort pour les plus précaires

La ville de Nantes accueille une belle initiative, celle d’aider les personnes à la rue ou en situation précaire à passer un hiver un peu moins rude. C’est Elise Boiveau en est à l’initiative. Sa mission, leur offrir une écharpe, qui leur tiendra un peu plus chaud. 

[#STREET] « Une écharpe pour mon poto » : du réconfort pour les plus précaires

 

 

Un hiver un peu moins rude pour les plus précaires

L’idée a traversé l’Atlantique avant d’arriver aux oreilles d’Élise Boiveau : laisser à disposition des personnes isolées ou en grande précarité des écharpes pour se réchauffer, tandis que l’hiver approche à grands pas. Rien de plus simple pour participer à l’évènement, il suffit d’apporter une écharpe et de la nouer autour d’un arbre ou d’un poteau en laissant un petit mot à l’adresse des personnes qui en ont besoin. 

Une petite attention, simple et qui ne prend que très peu de temps, et qui permet aux personnes qui n’en n’ont pas les moyens de trouver du réconfort dans ces écharpes et un peu de chaleur humaine. Pour la première de cette initiative, 30 écharpes ont été disposées dans les rues de Nantes, un geste toujours accompagné d’un mot pour inciter les plus précaires à les prendre sans culpabiliser. 

 

Prochain rendez-vous le 10 décembre

Pour faire porter son action, Elise Boiveau, accompagnatrice sociale de métier, a créé un évènement et une page Facebook intitulés « Une écharpe pour mon poto ». Le projet qui pour l’instant n’a eu lieu qu’à Nantes devrait s’exporter dans les prochaines semaines dans toutes les villes de France. En attendant, Nantais, Nantaises, la prochaine mobilisation aura lieu dimanche 10 décembre.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer