Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 12 décembre 2017 - 10:08 - Mise à jour le 18 décembre 2017 - 08:52
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[INFO ENGAGÉE] Frédéric Cloteaux : "Sortir le handicap du handicap !"

Cet automne, carenews.com vous propose une série d'entretiens avec des journalistes "engagé.e.s". Nous constatons, depuis quelques petites années, l'émergence d'un courant de journalisme engagé. Quel que soit le nom (journalisme d'impact, de solution, positif...) et qu'il soit porté par un média généraliste ou par un média spécialisé, c'est avec plaisir que nous observons la montée en puissance de nos confrères et consoeurs motivés par l'intérêt général, le mécénat, l'économie sociale et solidaire, l'innovation sociale, la Tech for good, le développement durable etc. Aujourd'hui, rencontre avec Frédéric Cloteaux qui n'est pas journaliste, mais qui dirige Vivre FM et intervient régulièrement à l'antenne. 

[INFO ENGAGÉE] Frédéric Cloteaux : "Sortir le handicap du handicap !"

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Frédéric Cloteaux, je dirige Vivre FM depuis un peu plus d'un an. Je suis partenaire de handicap.fr et co-producteur depuis 2016 de Hello Handicap, un salon en ligne dédié à l'emploi qui permet à 4 à 6 000 personnes de trouver un emploi chaque année.

Auparavant, j'ai eu des expériences professionnelles variées : j'ai commencé comme attaché de presse de Bill Gates, j'ai été directeur marketing de grands groupes informatiques mondiaux puis j'ai monté une chaîne de restaurants de pâtes que j'ai revendue en 2011.

Je suis "tombé" dans le handicap il y a maintenant 7 ans et je n'en sortirai plus. 

 

Comment êtes-vous devenu directeur de radio ? 

J'ai été interviewé par la radio Vivre FM dans le cadre des salons dont je m'occupe : je passais à l'antenne deux fois par an et j'ai rencontré une journaliste qui m'a fait part des problèmes de direction qui existaient au sein de la radio. Je me suis dit que ce serait bien de compléter mes activités de médias (les salons et handicap.fr)... J'ai donc présenté ma candidature. L'idée que j'avais en tête en postulant, c'était de pouvoir actionner des médias sur le handicap de façon groupée. La radio, les salons et handicap.fr représentent ensemble 7 millions d'utilisateurs. Tout n'est pas lié, bien sûr, mais cela permet des opérations de grande envergure comme celle que nous avons mise en place pour le lancement du service Uber access : des véhicules adaptés et des chauffeurs formés pour les clients en situation de handicap.

 

Pourquoi  parler de sujets engagés ?

Parce qu'aujourd'hui on n'en parle pas assez ! Le handicap totalise à peine 1 % du temps d'antenne sur les médias généralistes alors que des millions de Français sont concernés. Il faut porter cette parole et la rendre audible ! On essaye de sortir le handicap du handicap car tout le monde est concerné, directement ou indirectement. Je suis guidé par un credo : le handicap est une force !

 

Comment éduquer le public à ces sujets « nouveaux » ?

Sur Vivre FM, on traite de tous les sujets, qu'ils soient politiques, culturels, sportifs, économiques... Les sujets généralistes sont traités par le prisme du handicap. On essaye de trouver des sujets qui parlent à tout le monde. Par exemple le matin, on compose l'émission avec des infos cruciales et attrayantes. Pour prendre un exemple concret, quand on choisit d'expliquer qu'une personne sur cinq est susceptible d'être atteinte de handicap psychique, on veut interpeller les auditeurs pour qu'ils réalisent que le handicap fait partie de la vie courante. 

Une rencontre marquante ?

 

Nicolas Bissardon, c'est lui qui m'a fait basculer du coté clair de la force. Il est dirigeant et associé de handicap.fr. Il est la preuve qu'on peut ne pas avoir de bras mais avoir le cerveau brillant. C'est un homme positif et surtout, il n'est pas revanchard, c'est très important. Il m'a beaucoup appris sur mon métier et m'apprend toujours, surtout sur le thème de l'emploi qui est selon moi la clé de l'intégration. 

Le sujet que vous préférez traiter ? 

De 8h à 8h30, je suis parfois à l'antenne et j'adore interviewer les patrons pour les mettre face à leurs contradictions. Mon but, c'est de les sortir d'un discours formaté pour qu'ils disent ce qu'ils pensent vraiment, pas ce que leur groupe leur dit de dire.

 

Votre journalisme idéal ?

Le journalisme idéal, c'est celui d'investigation car il n'y en a presque plus. Tout va trop vite et on ne va pas au fond des choses : peu de médias ont les moyens de payer des journalistes pour réaliser des enquêtes, on s'arrête malheureusement aux apparences et on dérive vers un journalisme bling-bling. 

L'avenir des médias selon vous ?

Au début des années 2000, lors de l'arrivée d'internet, j'étais directeur marketing d'un groupe de presse essentiellement papier et on pensait qu'il allait disparaître. 17 ans plus tard, c'est difficile, mais la presse écrite existe toujours. 

Je crois que les médias ne vont pas disparaître mais se prolonger : il faut interagir pour maximiser l'impact. Je crois en une utilisation intelligente du web, de la radio, des réseaux sociaux et en l'adaptation des contenus pour les téléphones mobiles. Tous ces types de médias peuvent se renvoyer la balle et faire vivre des contenus en étant complémentaires. 

Le mot de la fin ?

Sortir le handicap du handicap ! 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer