Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 25 mars 2021 - 12:00 - Mise à jour le 25 mars 2021 - 12:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

each One veut « industrialiser » sa solution pour avoir plus d’impact

Spécialisée dans l’accompagnement des réfugiés dans l’accès aux études et à l’emploi, each One veut accélérer son développement et suivre le parcours des personnes sur tout leur parcours d’intégration.

each One veut « industrialiser » sa solution pour avoir plus d’impact. Crédits : iStock
each One veut « industrialiser » sa solution pour avoir plus d’impact. Crédits : iStock

 

Top 50 de l'entrepreneuriat à impact

Cet article est issu du Top 50 de l’entrepreneuriat à impact. Initié par Carenews, piloté par HAATCH et l'ESSEC et soutenu par BNP Paribas, ce classement dévoile les 50 structures (entreprises, associations, coopératives) les plus impactantes de 2020.

 

Découvrez le détail du Top 50 et ses lauréats dans le livre de 136 pages qui présente la méthodologie, les critères d'évaluation, les portraits, les chiffres, les analyses et dossiers de fond sur les réseaux de l'ESS ou la mesure d'impact.

 

Nouvelle étape dans la vie d’each One, l’entreprise à mission créée en 2015 pour accompagner les personnes réfugiées dans l’accès aux études et à l’emploi. Après avoir délaissé au printemps 2020 son nom de Wintegreat pour une appellation plus facile à prononcer, mais surtout pour revenir aux « fondamentaux » et souligner la valeur des personnes qu’elle aide, each One veut parvenir à un changement « systémique ». Concrètement, l’association propose un programme de trois mois appelé « Tremplin », pensé avec une logique de coaching sportif. Le but est de permettre à des personnes réfugiées/primo-arrivantes de mieux s’intégrer au travers de partenariats avec de grandes écoles et universités d’un côté et des entreprises de l’autre. 

« Notre prochain objectif est d’industrialiser notre solution. Aujourd’hui, on a accompagné 2 000 personnes. On arrivera à un changement de paradigme et systémique quand on aura réussi à les accompagner et les intégrer totalement à notre économie et notre société », confie Théo Scubla, le jeune directeur fondateur de 25 ans. Au-delà de ce changement de nom récent, la nouvelle entité each One intègre Wero, l’agence cofondée avec Fanny Prigent et Maxime Baudet à l’été 2019 qui assurait jusqu’à présent une mission en externe de placement des réfugiés aidés et formés par Wintegreat.

 

 

Objectif : doubler le chiffre d’affaires en 2021

Désormais, l’objectif est d’offrir un « parcours intégré pour pouvoir accompagner les personnes réfugiées sur tout leur parcours d’intégration », confie celui qui a créé Wintegreat alors qu’il était encore étudiant à ESCP Europe avec son comparse Eymeric Guinet. Les participants au programme d’each One – qui compte 53 nationalités – ont une moyenne d’âge de 32 ans et un quart d’entre eux sont des femmes. 

Les pays les plus représentés sont la Syrie (31  %), le Soudan (16  %) et l’Afghanistan (13  %), et l’association revendique un taux de sorties positives du programme – c’est-à-dire les reprises d’études ou d’emploi après la participation au programme – de 73 %. each One, dont la nouvelle promotion du programme débutera en février 2021, vise désormais à franchir le cap des 10 000 personnes accompagnées pour 2025. L’entreprise devrait enregistrer en 2020 un chiffre d’affaires de 2,9 millions d’euros et espère doubler ce résultat l’année suivante

 

Pierre-Anthony Canovas

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer