Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 14 octobre 2020 - 08:00 - Mise à jour le 14 octobre 2020 - 08:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[EN IMAGES] L’association des Petits Frères des Pauvres piège des citoyens pour les sensibiliser à l’isolement des personnes âgées

Un million de personnes serait privé de lien social à partir de 60 ans, un âge qui marque le dernier quart de leur vie. Le 1er octobre représentait symboliquement le dernier quart de l’année 2020 ; et pour sensibiliser les citoyens à l’isolement des personnes âgées, l’association les Petits Frères des Pauvres a piégé des passants.

Capture d'écran d'une des vidéos de l'association des Petits Frères des Pauvres.

Depuis le 1er octobre, journée internationale des personnes âgées, nous sommes entrés dans le dernier quart de l’année, et ce jusqu’au 31 décembre. Une date qu’a choisie l’association des Petits Frères des Pauvres pour sensibiliser les citoyens au dernier quart de la vie des personnes âgées. Selon l’association d’aide et de soutien aux personnes âgées isolées en situation de précarité, près d’un million d’entre elles souffre d’isolement social et serait ainsi privées du dernier quart de leur vie. 

Deux pièges pour sensibiliser les citoyens

 

L’association des  Petits Frères des Pauvres n’a pas manqué d’imagination pour sensibiliser les citoyens à cette cause. Elle a en effet imaginé deux pranks (canulars) filmés par des caméras cachées pour piéger les citoyens et les pousser à se mettre à la place du million de personnes âgées privées de lien social.

Dans une première courte vidéo, une affiche de la campagne prive les passant du dernier quart des escaliers, nous laissant alors observer leurs réactions, entre interrogations, énervement ou encore admiration. La deuxième vidéo a lieu dans un bar où est diffusé un match de football dont l’association a coupé le dernier quart.  

Une campagne d’alerte

Cette initiative a été accompagnée d’une campagne d’alerte. Dans son manifeste, l’association interroge : « Imaginez-vous, à partir de maintenant, et jusqu’au 31 décembre, être privés de tous liens. » Pour renforcer son impact, l’association  Petits Frères des Pauvres a également diffusé, sur une page dédiée, une série de témoignages de personnes âgées victimes d’isolement comme Églantine, 74 ans, qui raconte sa  solitude mais aussi le soutien de l’association : 

Je m’ennuie mortellement. Je suis toute seule. Mon gros problème c’est la solitude. C’est le problème des vieilles personnes. Ça doit être le problème de tout le monde, c’est-à-dire qu’on ne réalise pas quand ça nous arrive, mais qu’est-ce que c’est dur. Il faut faire avec. Je suis renfermée ici. Je suis chez moi, mais c’est comme si j’étais en prison.

La rédaction 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer