Aller au contenu principal
Par Fondation de France - Publié le 3 janvier 2020 - 11:58 - Mise à jour le 3 janvier 2020 - 12:01
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[ETUDE] L’isolement relationnel progresse en France

Alors que les moyens de communication, notamment numériques, explosent, la solitude n’a jamais été aussi importante en France : sept millions de personnes souffrent d’isolement social. Un constat inquiétant, dévoilé par notre Observatoire de la philanthropie dans l’enquête nationale Solitudes 2019, qui comporte cette année un focus sur la question de la mobilité.

 

En France, 13% des Français sont en situation d’isolement social. Ils ne voient d’autres personnes que très rarement, voire jamais, quels que soient les « réseaux de sociabilité » : famille, amis, voisins, vie associative et professionnelle.

Le profil de ces personnes isolées a légèrement évolué : les 40-49 ans sont plus souvent représentés (29% en 2019 vs. 21% en 2016), tout comme les habitants des grandes agglomérations de province (27% vs. 22%).

 

L’enquête montre un lien fréquent entre solitude et conditions de vie précaires, notamment :

  • des bas revenus > 61% des personnes isolées ont un niveau de vie inférieur au niveau de vie médian (vs. 50% de l’ensemble de la population) ;
  • une moindre qualification > 58% ont un diplôme inférieur au bac (vs. 51 % de l’ensemble de la population) ;
  • un plus grand risque d’être au chômage > 12% sont au chômage (vs. 7% de l’ensemble de la population).

 

Le focus 2019 de l’enquête porte sur la mobilité et montre notamment un lien entre isolement et accès limité aux moyens de transport :

  • des difficultés pour accéder aux transports en commun > 53% des personnes isolées n’ont pas de transport en commun à proximité (vs. 44% de l’ensemble de la population)
  • un déficit de motorisation > 21% n’ont pas de voiture (vs. 15 % de l’ensemble de la population)
  • des barrières psychologiques > 24% estiment que se déplacer est une source d’angoisse (vs. 19% de l’ensemble de la population générale), qu’il s’agisse d’agoraphobie ou de claustrophobie, ou d’une crainte face à l’inconnu

 

L’isolement relationnel va de pair avec une mobilité plus restreinte, sachant qu’il est souvent le résultat d’un enchaînement d’événements : déménagement, précarité, état de santé dégradé ou existence d’un handicap…

 

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de la Fondation de France.

Vous pouvez également consulter directement : la synthèse de l’étude et l’étude complète.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer