Aller au contenu principal
Par FONDATION DE LA 2ème CHANCE - Publié le 13 novembre 2020 - 16:32 - Mise à jour le 16 novembre 2020 - 16:56
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Après de multiples difficultés, l'aide de la Fondation de la 2ème Chance lui permet de "rebondir"

Ludovic, 39 ans, a été lauréat de la Fondation en avril 2018 pour son projet de création d’une entreprise d’animation événementielle avec location de structures gonflables et animations diverses. Site-relais de LIMOGES

« La première partie de ma vie a été une succession de malchances, de difficultés et de mauvais choix malheureusement.

Une crise d’épilepsie foudroyante, à l’âge de 16 ans, a entraîné d’importantes perturbations dans mon parcours scolaire.

A l’âge de 18 ans, je suis confronté à l’assassinat de mon frère pour des problèmes de drogue.

Puis, suite à de nombreuses fugues et prises de produits stupéfiants, on me diagnostique un cancer de la mâchoire et je suis placé en famille d’accueil malveillante.

Rencontre avec une compagne atteinte de mucoviscidose, décédée dans mes bras.

Je suis licencié de l’entreprise qui m’employait. Mon fils, également victime de crises d’épilepsie, est aujourd’hui reconnu handicapé pour déficience mentale.

Décès de mon père après une très longue maladie. Rupture avec une nouvelle compagne m’obligeant à assumer seul les dettes contractées par elle.

J’avais déjà créé une société qu’il a fallu liquider pour rembourser les dettes accumulées.

Après une difficile période de remise en cause et de recherche de réorientation, et face aux nombreuses difficultés notamment liées à des soucis de santé, j’ai décidé de recréer une société d’animation évènementielle « Parfêtes 87 ».

Dans le cadre d’un partenariat entre l’Epicerie Sociale et Solidaire de Saint Junien, j’ai pu rencontrer un membre de l’association EGEE qui m’a permis de reprendre confiance en moi et qui m’a aidé dans le montage et surtout dans le financement de mon projet.

Grâce à la Fondation de la 2ème Chance, j’ai pu acquérir le matériel de base indispensable pour démarrer (structures gonflables, machine pour barbe à papa, etc…).

Actuellement mon entreprise fonctionne bien. Grâce à un partenariat que j’ai pu nouer avec une autre structure, je dispose d’un matériel d’animation très important. En 2019, j’ai réalisé un chiffre d’affaires de près de 22 000 euros me laissant un revenu d’environ 15 000 euros.

Mon entreprise est maintenant connue. J’enregistre de nombreuses commandes d’animation, ce qui me laisse entrevoir un avenir très positif. Cela me permet de retrouver un équilibre personnel et de construire, avec ma compagne, une vie familiale apaisée et un avenir plus serein.»

Ludovic

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer