Aller au contenu principal
Par Fondation OCIRP - Publié le 23 décembre 2019 - 10:20 - Mise à jour le 2 janvier 2020 - 16:40
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Qu’est-ce qu’un orphelin ? par la Fondation OCIRP

Invisibles, méconnus, oubliés... les enfants et jeunes orphelins, en France, demeurent dans l’ombre encore de nos jours. Un constat qui freine significativement l’émergence et le déploiement de dispositifs de soutien dont ils auraient pourtant grand besoin. Mais un constat qui ouvre aussi des perspectives d’amélioration dès lors que l’on décide de se préoccuper de ces destins si particuliers, comme le fait la Fondation OCIRP.

(c) OCIRP

L’orphelinage : une définition sans ambiguïté

Qu’est-ce qu’un orphelin ? Posez la question autour de vous, vous constaterez probablement qu’à cette question simple, la réponse donnée ne sera pas toujours la même. Si, dans l’inconscient collectif, un enfant orphelin est un enfant ayant perdu ses deux parents ou un enfant abandonné, le dictionnaire, lui, lève toute équivoque quant à ce qui définit un orphelin : « enfant qui a perdu son père ou sa mère, ou les deux ». Ce qui élargit, d’ailleurs, considérablement le nombre d’enfants et de jeunes concernés. Selon la dernière  étude de l’Ined (Institut national d’études démographiques) datant de 2015 et commandée par la Fondation OCIRP,  la France compterait 600 à 650 000 orphelins de moins de 25 ans, ce qui représenterait un orphelin en moyenne par classe dans notre pays.

Malgré ce chiffre important, force est de constater que les orphelins constituent une population invisible de la société et des enquêtes statistiques. Absents des études sociologiques sur la famille, ils sont catégorisés dans les familles monoparentales, sans différence avec les enfants de parents divorcés. Aujourd’hui encore, il est souvent difficile d’identifier les situations d’orphelinage. De fait, aucune politique publique en matière de protection ne leur est concrètement destinée. Nous avons tous autour de nous des enfants et de jeunes orphelins. Pourtant, leur statut n’est pas reconnu, ou n’existe qu’en filigrane dans la mémoire de certains. Par pudeur ou par ignorance. Rares sont les prises de paroles sur le sujet de l'orphelinage. C’est du moins le premier constat effectué par la Fondation d’entreprise OCIRP lorsqu’elle a décidé, en 2009, de s’investir dans une mission d’intérêt général en faveur de ces enfants oubliés.

 

Restituer la réalité sociale de l’orphelinage

Or, la perte d’un ou des deux parents a des conséquences multiples, complexes et profondes, pour un enfant ou un adolescent. Ses rapports au monde et aux autres sont inévitablement bouleversés, avec d'importantes conséquences d’ordre affectif, relationnel, familial, social et scolaire. Sans connaissance précise de sa souffrance, de ses attentes, de ses peurs, de ses interrogations et de sa capacité à rebondir, une aide pertinente ne peut être envisagée. D’où l’urgente nécessité de s'intéresser de plus près à l’orphelin et de découvrir qui il est véritablement, ce qu’il vit précisément, ce qu’il ressent intimement, notamment au sein de l’école. Un travail auquel a contribué l’enquête « École et orphelins » réalisée par la Fondation OCIRP en partenariat avec l’Ifop, sans se départir du précieux conseil de Bernard Martino, réalisateur et écrivain :

 

« Éclairer la situation des orphelins ne doit surtout pas conduire à ce qu’on les considère soudain d’une manière différente, surtout à l’école. Un orphelin doit rester ce qu’il est, c’est-à-dire un enfant ordinaire avec un destin particulier. »

 

Orphelins, de trop rares données sociologiques

● 1 adulte sur 10 a perdu un parent avant l’âge de 20 ans (Drees, 2008)

● 7 fois sur 10, il s’agit du père (Drees, 2008)

● 28 % des adultes ayant perdu un parent pendant l’enfance ne sont titulaires d’aucun diplôme, contre 17 % de l’ensemble des adultes (Drees, 2008)

● 7 % détiennent un diplôme bac+2 contre 12 % de l’ensemble des adultes (Drees, 2008)

● 26 % des veuves âgées de 25 à 44 ans ont des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, contre 17 % des divorcées (enquête Unaf-Favec, 2011).

 

Article extrait de l’enquête nationale de la Fondation OCIRP, École et orphelins : mieux comprendre pour mieux accompagner, 2017.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer