Aller au contenu principal
Par Fondation OCIRP - Publié le 15 juin 2020 - 14:00 - Mise à jour le 15 juin 2020 - 14:05
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Soutenir la réussite des étudiants orphelins : le programme Phénix

La réussite et l’entraide doivent être accessibles à tous. C’est suivant ce postulat qu’est née, en 2017, l’association Phénix fondée par deux étudiants de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Manon Fahy et Stéphane Lombaerde. Pour renforcer les solidarités et garantir l’égalité des chances, le programme Phénix offre un accompagnement tant personnel que scolaire à des étudiants orphelins ou issus de l’aide sociale à l’enfance (ASE), via un double dispositif de mentorat et de tutorat. Décryptage d’un projet particulièrement utile, pertinent, et créateur de lien.

Soutenir la réussite des étudiants orphelins : le programme Phénix

Contribuer à la réussite scolaire et personnelle des jeunes orphelins

Soucieuse de participer à une société plus juste et solidaire, l’association Phénix a pour ambition de contribuer à la réussite sociale de jeunes orphelins pour défier les statistiques et promouvoir l’égalité des chances. Un parti pris notable au regard d’une situation de deuil qui n’est pas véritablement prise en compte, aujourd’hui, par l’institution scolaire. L’enquête de la DREES (Nathalie Blanpain, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, 2008) soulignait que les orphelins ont 40 % de chances en moins de faire des études supérieures. Une conséquence parmi d’autres qu’avait également mise en évidence l’enquête « École & orphelins » réalisée en 2017 par la Fondation OCIRP en partenariat avec l’Ifop : rappelons que 77 % des élèves orphelins interrogés indiquaient au moins un impact négatif sur leur scolarité, 34 % exprimaient des difficultés à apprendre de nouvelles leçons et faire leurs devoirs, quand 38 % estimaient rencontrer des problèmes significatifs de concentration… 

L'association Phénix

Pour en savoir plus sur l'association :

  • Site web : http://phenix-asso.com
  • Contact : contact@phenix-asso.com

L’association Phenix a également pour vocation de développer des antennes en province, c’est chose faite avec une première antenne à Lyon. Contact : lyon@phenix-asso.com

Face à cette situation, l’association Phénix a fait le choix, à travers son programme du même nom, de mettre en relation des étudiants âgés de 17 à 25 ans avec des tuteurs et mentors. L’objectif est de guider ces étudiants au quotidien selon leurs besoins en leur offrant un appui personnalisé aussi bien moral que scolaire pour leur donner ambition et confiance en eux. Parallèlement, l’association s’attache également à favoriser l’orientation et l’insertion professionnelle des étudiants qu’elle accompagne. Ces derniers bénéficient de deux dispositifs sur la « vie professionnelle » par le biais de séances de coaching sur tout ce qui se rapporte à l’insertion : élaboration d’un réseau, curriculum vitæ, entretiens, etc. 

Mais le travail de l’association ne s’arrête pas là. Parce que les étudiants orphelins sont souvent privés de ressources financières suffisantes, Phénix souhaite aussi favoriser l’accès à la culture et aux loisirs. Chaque membre du programme a ainsi la possibilité de participer ou de proposer des activités culturelles ou sportives, des évènements pour se rassembler et partager.

L’œil de la Fondation OCIRP

Par Emmanuelle Enfrein, responsable de la Fondation OCIRP. 

J’ai appris l’existence de l’association Phénix à la suite d’une interview avec une journaliste sur les résultats de l’enquête « École & orphelins » que nous avions menée en 2017 avec l’Ifop. J’ai souhaité être mise en relation avec celle-ci pour envisager, ensemble, une forme de soutien que nous pourrions lui proposer. Le projet de Phénix venait, pour moi, combler un vide sur le plan de la scolarité parfois chaotique à certains moments de la vie de ces étudiants ayant vécu le décès d’un ou de leurs parents. Les résultats de la recherche menée par Jérôme Clerc, professeur des universités en psychologie cognitive à l’université Grenoble-Alpes et directeur adjoint de la recherche à l’ESPE de Grenoble, et soutenue par la fondation, ont mis en évidence de réelles difficultés d’attention, de concentration et de mémorisation, ce qui peut entraver l’apprentissage. Ces données font écho à celles de notre enquête et à la nécessité d’un soutien et d’un accompagnement. De manière plus générale, le sujet de l’orphelinage étant très peu abordé en France, il nous faut nous engager dans une démarche proactive nous permettant de repérer et d’identifier des acteurs de terrain, de les sensibiliser éventuellement aux difficultés rencontrées par les enfants ou jeunes orphelins, puis d’échanger sur les actions pouvant être mises en œuvre. Beaucoup de projets associatifs se co-construisent ainsi avec le soutien de la fondation, qui ne se limite pas à une aide financière : nous accompagnons de nombreux porteurs de projets dans leur démarche et dans la mise en œuvre de leurs actions, y compris dans la communication que nous faisons régulièrement auprès de nos allocataires orphelins. 

 

Article extrait de O’Cœur, le magazine d’information de la Fondation OCIRP, n°20, juin 2019.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer