Aller au contenu principal
Par Fondation Bouygues Telecom - Publié le 28 novembre 2019 - 12:21 - Mise à jour le 28 novembre 2019 - 12:26
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Une appli pour améliorer le quotidien des enfants diabétiques

Le diabète de type 1 touche 20 000 enfants en France et sa fréquence augmente chez les enfants de moins de 6 ans. Il est primordial pour eux d’apprendre à vivre tous les jours avec la maladie, et de la gérer, afin d’éviter de graves complications. L’équipe d’Enfance, Adolescence et Diabète, rattachée au CHU de Toulouse, a développé une application complète et très ludique qui les accompagne dans toutes les situations de leur vie quotidienne. Le projet a obtenu le soutien de la Fondation Bouygues Telecom, via l’appel à projets annuel dédié aux clients de l’entreprise engagés dans une association.

Interface de l'application Kidia

Kidia : pour devenir acteur de sa santé en s’amusant

Créée par le service de diabétologie pédiatrique de l’Hôpital des Enfants du CHU de Toulouse, l’association Enfance Adolescence & Diabète accompagne depuis 2007 les enfants diabétiques et leurs familles. Cette équipe spécialisée, experte en diabétologie, travaille au quotidien pour apprendre aux enfants et à leurs proches les bons gestes. Car le diabète nécessite beaucoup de pédagogie. Il y a le matériel, comme la pompe à insuline ou le capteur de glycémie, mais aussi les bonnes habitudes alimentaires et la pratique d’injections en cas de pic.

Toujours dans l’optique de fournir des outils de santé pertinents, Enfance Adolescence & Diabète a développé une application : Kidia. Accessible par le web et téléchargeable sur smartphone et tablette, ce véritable compagnon digital délivre des fiches pratiques, pour rappeler les informations essentielles à l’enfant ainsi qu’à sa famille ou à l’école. Mieux : il apprend à l’enfant de 7 à 14 ans toutes les compétences nécessaires grâce à des mises en situation – tu vas faire du sport, qu’emportes-tu dans ton sac ?. Les réponses données sont remontées à l’association et à l’équipe médicale qui peut ainsi « monitorer » la progression de l’enfant.

Idéale dès le diagnostic, l’appli se veut amusante et interactive. L’enfant a sur son écran un petit personnage, qu’il a préalablement choisi. Au fur et à mesure de ses progrès dans la connaissance de la maladie, il va acquérir des accessoires qui vont venir équiper son compagnon. « Il faut le rendre ludique, autrement l’enfant ne se connectera pas. C’est vraiment un point de vigilance pour nous », explique Corinne Colmel, co-directrice d’Enfance, Adolescence et Diabète.

Dernière ligne droite avant une mise à disposition en février 2020

Eric Dage, client Bouygues Telecom, a parrainé le projet auprès de la Fondation Bouygues Telecom. « Je suis bénévole lors des activités organisées au profit de l’association. Enfance Adolescence & Diabète œuvre avec beaucoup d'humanité pour améliorer la vie quotidienne des enfants et adolescents, et de leur famille. Ce sont des professionnels vraiment très concernés, à l'écoute des familles pour trouver des solutions innovantes. ». La dotation de la Fondation a permis de financer le développement de l’appli en 2019.

En complément d’une étude de marché complète, Kidia a sollicité la participation des enfants et des familles à son développement. « Les jeunes ont souhaité par exemple une personnalisation plus poussée, ils veulent que leur compagnon puisse s’équiper du matériel lié au diabète, comme eux », détaille Corinne Colmel.

Aujourd’hui l’appli est en phase de test utilisateur. Son envergure a pris de l’ampleur : un travail de fond a été mené pour proposer de nouvelles choses très régulièrement aux enfants, afin qu’ils aient envie d’utiliser l’appli. Le compagnon pourrait vivre l’année scolaire en même temps que l’enfant et l’accompagner dans tous les temps forts (sortie scolaire, Noël, Pâques et ses chocolats…). Une messagerie sécurisée pourrait également être intégrée, afin de dialoguer avec l’équipe soignante et l’association. « Ca ne remplace pas l’humain, mais c’est un outil de plus dans la palette qu’on peut proposer aux familles », explique Corinne Colmel. « C’est aussi une façon de limiter les inégalités géographiques de santé. Les enfants qui habitent loin peuvent profiter à distance de cette éducation thérapeutique. »

Prochaine étape : Kidia sera testée sur les enfants suivis au CHU de Toulouse dès février 2020, soit 1000 petits patients. Puis si l’essai est concluant, le dispositif sera rapidement étendu au CHU de Montpellier. Il devrait ensuite être utilisé de façon plus importante sur le territoire grâce à l’Aide aux Jeunes Diabétiques, association qui fédère l’ensemble des équipes de diabétologie pédiatrique.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer