Aller au contenu principal
Par L'enfant@l'hôpital - Publié le 23 février 2021 - 12:20 - Mise à jour le 23 février 2021 - 12:27
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

De la protection du patrimoine sensoriel

Chaque mois, nous vous proposons de découvrir le billet d’humeur d’Anne Dunoyer de Segonzac, fondatrice de l’association L'enfant@l'hôpital. Anne évoque dans son billet les sujets qui lui tiennent à coeur et pose son regard personnel sur notre société. Ces sujets, en lien avec la mission de l’association, vous amèneront (nous l’espérons !), à réfléchir et surtout à réagir. Le vote en janvier 2021 sur la protection du patrimoine sensoriel des campagnes françaises, est l'occasion de rappeler l'importance des sens dans les apprentissages.

Dégustation de croquettes des gibbons
Dégustation de croquettes des gibbons

 

“Ce qu’il y a de plus profond en l’homme, c’est la peau.” Paul Valéry

Voici une loi récente qui est passée inaperçue.

De quoi s’agit-il ? De respecter le chant du coq, le son des cloches, le spectacle odorant de la bouse de vache ou du crottin de cheval. 

Dans le meilleur des mondes, écrit en 1931, Aldous Huxley imagine le cinéma sentant. Dans les années 1980, le peintre, graveur, écrivain et poète Titus Carmel  avait organisé dans une galerie parisienne une exposition olfactive iodée.

Kolibri, notre malle aux trésors numérique, forum d’échanges et de partage de connaissances avec des globe-trotters reste en images et sons. Il nous manque, dans notre application numérique, la sollicitation de l’odorat et du goût.

Mais voici comment l’association L’enfant@l’hôpital cherche à combler le vide sensoriel dans lequel vivent les enfants qu’elle accompagne dans toute la France, surtout dans des lieux très isolés. Car ce désert dessèche leurs savoir-faire.

Lisez ce témoignage suite à la venue d’Amandine, soigneur animalier au zoo d’Amiens, et d’Audrey, responsable de l’accueil des jeunes publics dans le même zoo. Amandine s’occupe du secteur des piscivores : otaries, manchots, pélicans, pies, perroquets, perruches, flamants roses, canards, calaos, chouettes, hiboux et loriquets.

Joyeuse visite d’Amandine et Audrey ce matin dans les unités de psychopathologie de La Pitié-Salpêtrière à Paris. Elles avaient apporté mues de serpent et de mygale, crânes de gibbon et perroquet, carapace de tortue, et ont fait goûter aux enfants les croquettes des singes et des perroquets.”

Parfois aussi, nos volontaires apportent aux enfants sauterelles grillées, épices et fruits exotiques, ou réalisent avec eux les recettes de cuisine exotiques décrites dans les carnets de voyage de nos reporters solidaires.

 

Voici la loi in extenso. Je la cite en entier. Ses auteurs ont dû beaucoup rire en la préparant.

30 janvier 2021 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE  LOI no 2021-85 du 29 janvier 2021 visant à définir et protéger le patrimoine sensoriel des campagnes françaises (1) NOR : MICX2003330L L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Article 1er A la première phrase du premier alinéa du I de l’article L. 110-1 du code de l’environnement, après le mot : « marins,» sont insérés les mots: « les sons et odeurs qui les caractérisent,». Article 2 I. – Les services régionaux de l’inventaire général du patrimoine culturel, par leurs missions de recherche et d’expertise au service des collectivités locales, de l’Etat et des particuliers, contribuent, dans toutes les composantes du patrimoine, à étudier et qualifier l’identité culturelle des territoires. II. – Dans les territoires ruraux, les inventaires menés contribuent à connaître et faire connaître la richesse des patrimoines immobilier et mobilier conservés, leur relation avec le paysage et, dans leur diversité d’expressions et d’usages, les activités, pratiques et savoir-faire agricoles associés. III. – Les données documentaires ainsi constituées à des fins de connaissance, de valorisation et d’aménagement du territoire enrichissent la connaissance du patrimoine culturel en général et sont susceptibles de concourir à l’élaboration des documents d’urbanisme. Article 3 Dans un délai de six mois à compter de la promulgation de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport examinant la possibilité d’introduire dans le code civil le principe de la responsabilité de celui qui cause à autrui un trouble anormal de voisinage. Il étudie les critères d’appréciation du caractère anormal de ce trouble, notamment la possibilité de tenir compte de l’environnement. La présente loi sera exécutée comme loi de l’Etat. Fait à Paris, le 29 janvier 2021. EMMANUEL MACRON, Par le Président de la République : Le Premier ministre, JEAN CASTEX, La ministre de la transition écologique, BARBARA POMPILI, Le garde des sceaux, ministre de la justice, ÉRIC DUPOND-MORETTI, La ministre de la culture, ROSELYNE BACHELOT-NARQUIN. (1) Travaux préparatoires: loi no 2021-85. Assemblée nationale: Proposition de loi no 2211; Rapport de M. Pierre Morel-À-L’Huissier, au nom de la commission des affaires économiques, no 2618; Discussion et adoption (procédure d’examen simplifiée) le 30 janvier 2020 (TA no 392). Sénat: Proposition de loi, adoptée par l’Assemblée nationale, no 286 (2019-2020); Rapport de M. Pierre-Antoine Levi, au nom de la commission de la culture, no 269 (2020-2021); Texte de la commission no 270 (2020-2021); Discussion et adoption le 21 janvier 2021 (TA no 47, 2020-2021).”  

Fermer
Fermer