Aller au contenu principal
Par Solidarité des producteurs agricoles et des filières alimentaires - Publié le 27 mai 2021 - 10:30 - Mise à jour le 27 mai 2021 - 10:30
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Interview de Cédrick Gallot, directeur du GLPM

En mars 2021, le Groupe Coopératif GPLM n’a pas hésité à répondre à la demande de SOLAAL Normandie pour donner 250 kg de choux-verts au profit de l’évènement La Semaine des Ecoles Hôtelières. Un geste qui reflète la générosité et la réactivité du groupe qui a pour habitude de donner des produits de qualité à l’aide alimentaire.

Pouvez-vous nous présenter le GPLM ?

Le GPLM, créé en 1985, est un groupement coopératif de légumiers, présent historiquement dans la Manche autour de trois bassins de productions que sont le Val de Saire, le bassin de Créances et la Baie du Mont Saint Michel. Acteur phare de la production de légumes en Normandie, le groupement compte aujourd’hui 270 exploitations familiales adhérentes. La production d’environ 80 000 tonnes de légumes par an est marquée par une période hivernale concernant, entres autres, la carotte, le poireau, le chou et le navet. La pomme de terre primeur produite au printemps a tendance à se développer. Grâce à la dynamique de plusieurs filiales (Jardins de Créances et Coprimanche), le groupe coopératif assure la production mais également le tri, le lavage, le conditionnement, la commercialisation et l’exportation de produits frais. Une autre filiale (Servilégumes) située en Loire-Atlantique fabrique des légumes de 4ème et 5ième gamme.

Quelle est l’engagement du GPLM dans la lutte contre le gaspillage ?

Depuis ma prise de fonction de Directeur du groupe en avril 2020 (Directeur Général Adjoint d’août 2019 à fin mars 2020), je cherche à renforcer l’engagement des adhérents et des collaborateurs sur la lutte contre le gaspillage. Le principe, c’est avant tout de ne pas perdre et nous accompagnons nos producteurs adhérents dans ce sens, afin de limiter les pertes. Cependant, il arrive que des produits soient écartés des circuits de commercialisation, la plupart du temps pour des critères esthétiques. Le don alimentaire est alors pour nous une solution évidente, il fait partie intégrante de la sensibilité du groupe, de ses valeurs.

Enfin, parce que je suis extrêmement sensible à la détresse humaine et notamment à la notion de « faim », c’est un devoir de bienveillance vis-à-vis de mes pairs qui guide mon action.

Quelle est votre pratique du don ?

Partenaire de longue date des Banques Alimentaires au niveau National, et des Restos du Cœur localement, le GPLM permet un apport en produits frais de qualité important aux bénéficiaires de ces associations et ce sur l’ensemble du territoire français. Pour exemple, plus de 15 tonnes de légumes ont ainsi pu être donnés au profit de l’aide alimentaire en 2020.

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer