Aller au contenu principal
Par Back To Earth, le blog du retour à la Terre - Publié le 24 février 2021 - 18:07 - Mise à jour le 24 février 2021 - 18:16
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Notre résilience collective passera par un retour à la Terre : 4 paradoxes, 4 défis, un projet

Nous lancions il y a un an, le mouvement Back To Earth dans un contexte des plus inédits. Le constat de départ qui nous avait fait démarrer l’aventure fin 2019 résonne aujourd’hui très particulièrement dans cette période de crise sanitaire et d’interrogation sur notre souveraineté alimentaire. Nous partageons avec vous, notre lecture des paradoxes de notre modèle de développement et les défis que nous allons devoir collectivement relever…

Paradoxe n°1 :

-         Une société vulnérable, en particulier sur le volet de l’autosuffisance alimentaire

-         Pourtant la France a des ressources mais celles-ci sont aujourd’hui inadaptées aux risques.

Une simple rupture d’approvisionnement énergétique, ou un blocus routier suffirait à priver la population du minimum vital en quelques jours. La ville de Paris, ne dispose par exemple que de 3 jours de réserve de nourriture.

Paradoxe n°2 :

 Nous assistons à une baisse du nombre d’exploitations et d’agriculteurs alors que nous n’en avons jamais autant eu besoin. 

Une ferme disparaît toutes les quinze minutes en France.

 En 1946, à la sortie de la guerre, 36,4 % des personnes en âge de travailler étaient dans l’agriculture. Une famille de paysans nourrissait deux autres familles. Aujourd’hui, seulement environ 2,5 % de nos emplois sont dans l’agriculture. Un agriculteur nourrit donc 40 familles.

Nos concitoyens urbains doivent prendre conscience que s’ils ont des métiers intellectuels, dans le tertiaire, la santé, l’enseignement ; c’est parce qu’ils ont délégué à ceux qui sont restés aux champs, la production de nourriture. »

 Paradoxe n°3 : Si le phénomène des néoruraux s’amplifie (vers un exode urbain ?), le retour à la campagne reste freiné par les questions de l’emploi, des transports et des commerces

 Le phénomène des néoruraux est une opportunité pour les campagnes, un enjeu sociologique mais la majorité des collectivités rurales sont en peine d’attractivité…

 >Au cœur des enjeux : l’emploi non agricole, le maintien des commerces et services, l’accessibilité

> Pour devenir parfaitement désirable la campagne doit intégrer les nouveaux codes de vie au vingt et unième siècle

 > Une opportunité : les nouveaux modes de travail et les technologies.

 A noter, si ce début d’exode urbain représente une opportunité, il pourrait demain en cas de crise alimentaire urbaine s’accélérer et devenir subi. Vers une crise migratoire ?

 Paradoxe N°4 : Les risques écologiques aujourd’hui sont aujourd’hui médiatisés et les alertes des scientifique multiples mais les réactions ne sont absolument pas à la hauteur des enjeux .

 Les rapports chiffrés et l’annonce de catastrophes ne déclenchent pas l’action attendue ! Nous ne développerons pas ici ce point tant il est évident mais appelle à une autre forme de mobilisation. Les artistes n’auraient-ils pas leur part, dans leur capacité à toucher ce qu’il y a en nous de plus profond et de plus vital ?

 

 Ces 4 paradoxes nous mettent face à 4 défis :

 

Défi n°1 : Repenser les stratégies alimentaires agricoles territoriales pour renforcer l’autonomie alimentaire et limiter l’impact sur l’environnement

Défi n°2 : Faire évoluer, valoriser et transmettre nos savoir-faire agricoles et paysans

Défi n°3 : Proposer un nouveau vivre à la campagne pour attirer des citadins et permettre leur intégration, inventer un nouveau pacte villes-campagnes

Défi n°4 : Toucher les citoyens et le mobiliser autour de la défense de nos terroirs et la reconnexion au vivant

 

 Un projet : BackToEarth

 

C’est sur la base d’une conviction que nous avons lancé l’association Back To Earth : les défis étant complexes, nous ne pourrons les relever que de manière collective et collaborative.

Une multitude d'initiatives existent autour des enjeux de : transition écologique et sociale, résilience alimentaire, revitalisation et attractivité des territoires ruraux, transmission des savoir-faire agricoles, création d’activités, intégration des néoruraux…

Ces initiatives aujourd'hui dispersées perdent de leur puissance. Back To Earth propose de relier ces initiatives en animant une communauté par des rencontres et du digital pour croiser des mondes aujourd'hui parallèles : recherche (géographie, sociologie, économie, agroécologie), associations, entreprises, financeurs, artistes, collectivités, media.

Notre projet est ambitieux : créer un mouvement de fond autour du « retour à la terre » et proposer un nouveau vivre à la campagne, inscrit dans une grande "modernité" et répondant aux impératifs de l’urgence écologique. 

Ce « retour à la terre », nous l’entendons en trois dimensions :

  • Redonner leur place à l’agriculture et aux paysans
  • Réinventer un nouveau pacte villes-campagnes
  • Reconnecter à la nature un système et une société hors sol/

 

retour à la terre

Autour de cet enjeu large poursuivons deux missions « semer » et « relier », qui se concrétisent par différents projets :

- Promotion et mise en relation de projets innovants notamment au travers de notre toute récente chaîne Youtube BackToEarth

- Organisation d'événements d'intelligence collective pour les territoires, rassemblant agriculteurs, associations, élus, entrepreneurs, financiers, artistes.

- Animation de clubs d'échanges entre néoruraux et aspirants néoruraux

 

Interpelés par cet article, nous vous invitons à rejoindre le mouvement en adhérant à notre association, en la soutenant, en participant à nos projets ou en vous abonnant à notre chaîne Youtube !

https://www.backtoearth.fr/

https://www.youtube.com/channel/UC8ozVOjJ5cvmkmsrnL9wQeQ

Fermer
Fermer