Aller au contenu principal
Par Fondation OCIRP - Publié le 5 juillet 2021 - 08:56 - Mise à jour le 5 juillet 2021 - 08:56
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Séjours de répit : des vacances aidants-aidés en Alsace

Si le droit au répit est unanimement reconnu comme indispensable à la vie des aidants, les solutions pour y parvenir sont encore nombreuses à imaginer. En Alsace, sur la commune de Ribeauvillé, un Village innovant va ouvrir ses portes avec le soutien de la Fondation OCIRP : ici, tout est fait pour que aidants, personnes aidées et entourage familial puissent se retrouver le temps d’un séjour apaisé et encadré.

Séjours de répit : des vacances aidants-aidés en Alsace. Crédit photo : iStock.
Séjours de répit : des vacances aidants-aidés en Alsace. Crédit photo : iStock.

Tandis que l’été approche, la perspective de s’accorder des vacances rend les esprits joyeux. Mais pas pour tout le monde. En France, 11 millions de personnes sont aidants d’un proche malade, handicapé ou âgé. Une situation difficilement compatible avec des « vacances » au sens propre, car partir signifie réorganiser sur place tout un faisceau d’aides à la personne, entre auxiliaires de vie et soins paramédicaux. C’est donc réagencer un quotidien complexe, dans un lieu qui n’est souvent pas adapté, même s’il est accessible. La plupart du temps, les familles y renoncent.

Et pourtant, les aidants ont un besoin impérieux de souffler, afin de regagner l’énergie nécessaire au reste de l’année. Comment continuer à s’occuper d’un proche fragile lorsqu’on est soi-même épuisé au point de nuire à sa propre santé ?

Un lieu pour partir l’esprit tranquille

En Alsace, juste à côté d’Aubure – connu pour être le village le plus haut de la région –, le vaste site du Muesberg pourrait bien apporter une formidable réponse. Laissé vacant par un centre de rééducation fonctionnelle fin 2019, il est en passe d’être rénové et transformé en un Village de Répit. Ses 9 hectares de terrain dont 14 000 m2 de bâti accueilleront des personnes en perte d’autonomie (handicap, âge, maladie), accompagnées de leur aidant pour un séjour apaisé, bienveillant, partagé, prévoyant tous les services paramédicaux nécessaires.

Roger Picard est président de l’association ZAIPHIR, à l’origine de ce projet ambitieux. Lui-même aidant de son épouse depuis trente-deux ans, il a déjà à son actif l’ouverture en 2015 d’un village semblable, bien que plus modeste, à Vichy. Une expérience qui, en témoigne Roger Picard, a démontré son immense impact sur le bien-être des familles et des aidants :

« En fin de séjour, les gens ne veulent pas repartir. Ils sont très émus, parfois ils nous prennent dans leurs bras, c’est une vraie bouffée d’oxygène. Ceux qui reviennent disent en posant leurs valises qu’ils sont enfin « chez eux ». Cela montre combien ils s’approprient le lieu et la démarche. »

De nombreuses prestations en perspective

Au Muesberg, la surface du site démultiplie les possibilités d’accueil. Une première structure disposant de 60 appartements sera une Résidence Autonomie, autrement dit des logements pour personnes âgées avec services. À côté, un accueil plus temporaire, de l’ordre de quelques mois, sera possible pour les personnes un peu moins dépendantes. Une vingtaine d’appartements seront également alloués aux structures médico-sociales pour les séjours dits « de rupture », c’est-à-dire les séjours organisés par les maisons de retraite ou les foyers de personnes handicapées, en présence du personnel de la structure.

Dernier volet du futur site : le Village Répit, composé d’appartements de deux, trois ou quatre personnes et d’habitats insolites équipés pour l’accessibilité. Le lieu est pensé pour des séjours de vacances en famille. Sur place est prévu tout un panel de soins paramédicaux comme la kinésithérapie, les soins infirmiers, les consultations médicales si besoin. Le bassin de rééducation déjà installé à l’intérieur du bâtiment conservera une fois rénové ses fonctions de balnéothérapie.

Mais le répit est aussi dans les moments agréables et les temps plus ludiques à partager. Le Muesberg va se doter d’une piscine supplémentaire, en extérieur. Une salle de spectacle sera créée et proposera des spectacles d’envergure régionale ou nationale – cinéma, théâtre, divertissement. La Philharmonie de Paris souhaite d’ores et déjà s’y produire, notamment pour sa section dédiée aux personnes en situation de handicap. Autre activité prévue au programme, en collaboration avec un médecin de Colmar : l’équithérapie, articulant une démarche thérapeutique autour du contact avec les chevaux.

Où en est le projet aujourd’hui ?

Depuis plus d’un an, une mission de préfiguration a été menée pour étudier la faisabilité du projet d’un point de vue architectural et financier, mais aussi son impact social.

« C’est grâce à la Fondation OCIRP que nous avons pu effectuer cette mission. Sans leur soutien, nous n’aurions pas pu mener le projet à bien. Et plus nous serons aidés, plus nous pourrons proposer des tarifs adaptés à nos futurs bénéficiaires. » - Roger Picard

Le défi reste de taille mais l’engouement est grand, que ce soit de la part des groupes de protection sociale comme l’OCIRP pour qui le sujet des aidants est un engagement prioritaire, ou bien de la part du public puisque l’association reçoit déjà des demandes.

Si le compromis de vente est signé depuis le mois de juin, les travaux devraient en tout état de cause – après finalisations et délais administratifs – débuter début 2022. Objectif : une ouverture au deuxième trimestre 2023.

 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer