Aller au contenu principal
Par Solidarité des producteurs agricoles et des filières alimentaires - Publié le 8 novembre 2018 - 11:06 - Mise à jour le 22 novembre 2018 - 09:30
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Des lycéens bretons glanent pour les plus démunis

La professeure du lycée agricole de Caulnes, Adélaïde GILLET-COLLEU, a contacté SOLAAL pour organiser un glanage afin de sensibiliser ses élèves de 4ème et 3ème à la lutte contre le gaspillage alimentaire. C’est également une occasion d’aller à la rencontre des agriculteurs sur le terrain et d’échanger sur les différents métiers agricoles. Les élèves se sont répartis en trois groupes  et ont fait une rotation : l’un effectuant la ramasse, l’autre le tri, et le troisième à l’écoute des différents intervenants.

Des lycéens bretons glanent pour les plus démunis

La professeure du lycée agricole de Caulnes, Adélaïde GILLET-COLLEU, a contacté SOLAAL pour organiser un glanage afin de sensibiliser ses élèves de 4ème et 3ème à la lutte contre le gaspillage alimentaire. C’est également une occasion d’aller à la rencontre des agriculteurs sur le terrain et d’échanger sur les différents métiers agricoles. Les élèves se sont répartis en trois groupes  et ont fait une rotation : l’un effectuant la ramasse, l’autre le tri, et le troisième à l’écoute des différents intervenants.

Sollicitée par Cécile RAITIER de la chambre d’agriculture des Côtes d’Armor, la Ferme Kabocha s’est portée volontaire et a proposé de faire glaner les pommes de terre hors calibre, non récoltées par la machine. Afin de sécuriser les conditions de réalisation du glanage, une convention, à l’initiative de SOLAAL, a été signée entre le lycée et la ferme.

SOLAAL a proposé de donner une dimension solidaire au glanage afin que les produits récupérés soient destinés aux associations d’aide alimentaire. C’est la Banque Alimentaire de Saint-Malo (50) qui a ainsi bénéficié des 70 kg de pommes de terre et qui a également pu sensibiliser les élèves à la précarité et au rôle de l’aide alimentaire pour les plus démunis. 

Les élèves ont particulièrement apprécié de donner du sens à leur futur métier en y apportant une dimension nouvelle : la valorisation des invendus.  

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer