Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 24 septembre 2019 - 06:23 - Mise à jour le 25 septembre 2019 - 07:50
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[SOCIAL TECH] I Clean My Sea, l’application qui va nettoyer les océans

Chaque semaine, Carenews vous présente une initiative technologique actrice de changement. Ce mardi, nous vous parlons de la start-up I Clean My Sea. Une campagne de crowdfunding est en cours pour développer son application permettant à chacun·e d’enrayer la pollution marine.

[SOCIAL TECH] I Clean My Sea, l’application qui va nettoyer les océans

 

 

 

 

 

I Clean My Sea : « le dernier rempart à l'invasion des plastiques en mer » 

 

C’est un océanographe qui est aux commandes de l’idée simple et innovante de I Clean My Sea : Aymeric Jouon, qui a été responsable pendant trois ans d'un navire de collecte des déchets en mer. Et face aux 8 millions de tonnes de déchets plastiques déversées dans les océans chaque année (selon une étude de l’Unesco), son credo est clair : « l’action est le meilleur remède au fatalisme ! » 

 

Installé à Bidart (Pyrénées-Atlantiques), « I Clean My Sea est le dernier rempart à l'invasion des plastiques en mer et tous les usagers de la mer sont invités à construire ce rempart », explique-t-il. L’application, participative, permet à chacun·e de prendre une photo géolocalisée des plastiques aperçus depuis les rivières et les littoraux, permettant à des navires spécialisés de venir les collecter et les trier. 

 

Une campagne de crowdfunding pour récolter 15 000 euros

 

« Le plastique que nous collectons sera valorisé dans des entreprises spécialisées et sera réutilisé pour devenir un produit estampillé I Clean My Sea, “100 % marine sourcé” à longue durée de vie », précise Aymeric Jouon.

 

Pour développer la version opérationnelle et mobile de l'application, la start-up a lancé une campagne de crowdfunding sur Ulule. L’objectif, de 15 000 euros, permettra à I Clean My Sea d’ensuite solliciter une subvention dédiée à l'innovation s’élevant à 40 000 euros. 

 

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer