Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 3 octobre 2019 - 09:27 - Mise à jour le 7 octobre 2019 - 09:37
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[CNJ] Zoom sur CleanCup, la machine qui veut changer notre façon de boire

CleanCup c’est le premier produit de la startup lyonnaise CED’IN. L’idée ? Proposer une alternative durable à l’utilisation des gobelets jetables dans les lieux publics. L’objectif d’Eléonore Blondeau, la fondatrice, n’est pas de supprimer le plastique, mais de supprimer le plastique jetable. « Ce n’est pas forcément le matériau qu’il faut remettre en question, dit-elle, mais son usage ». Entretien.

[CNJ] Zoom sur CleanCup, la machine qui veut changer notre façon de boire

 

CleanCup qu’est-ce-c’est ?

 

La mission de CleanCup est de supprimer l’usage des gobelets jetables, mais aussi d’améliorer l’expérience de boire, des boissons chaudes et froides. Le fonctionnement de la machine est simple : l’utilisateur met 1 euro de consigne, récupère un verre propre et vide. S’il veut boire de l’eau, il peut en boire directement sur la machine ou utiliser le verre comme un mug sur la machine à café. Une fois qu’il a fini de boire, il remet son verre dans la machine, récupère sa consigne, et la machine lave le verre automatiquement sur place. 

 

Comment vous est venue cette idée ?

 

J’étais étudiante à l’EM Lyon Business School. J’étais dans la cafétéria, je rêvassais. Et je me suis rendu compte que les gens prenaient un gobelet jetable, le remplissaient d’eau, buvaient une gorgée, jetaient l’eau, jetaient le gobelet, et recommençaient cinq minutes plus tard. Les poubelles débordaient. Je connaissais déjà le système des gobelets consignés sur les évènements, et je me suis dit « Pourquoi ne ferait-on pas une machine qui puisse automatiser la réutilisation de gobelets consignés ? »

 

Avec qui travaillez vous ? Quelles types de structures ?

 

Aujourd’hui on s’adresse aux marchés des campus, entreprises et collectivités, avec un service de location mensuelle avec engagement. Cela comprend la mise à disposition d’une machine, l’entretien de cette machine, mais aussi les outils de communication pour sensibiliser les collaborateurs à la consommation responsable. Nos premiers clients sont la SNCF, la métropole de Lyon, Assystem, Decathlon, Nestlé, Louis Vuitton… On plus d’une vingtaine de clients aujourd’hui, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Île-de-France. 

 

Quelles sont les perspectives de développement de CleanCup ?

 

L’enjeu principal actuellement est financier. Nous sommes en perpétuelle levée de fonds. Nous avons plusieurs recrutements en cours, notamment sur la partie technique. En ce moment, nous sommes dans la phase de « préindustrialisation », c’est à dire qu’on a un produit qui fonctionne, qu’on sait répéter. Mais qu’on veut optimiser en terme de coût, de qualité, de quantité produite, et de réduction des délais de production. Tout ça nécessite du temps, des ressources humaines et financières. L’objectif est de passer de quelques machines produites à l’unité, à dix machines par jour sous 18 mois. 

 

Crédit photo : CleanCup.

 

Article extrait du Carenews Journal n°13, été 2019, consacré à la pollution plastique.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer