Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 15 octobre 2019 - 13:44 - Mise à jour le 17 octobre 2019 - 11:45
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Les « Bienveilleurs », ces salariés de Bouygues en lutte contre le stress

Ils prêtent une oreille attentive à leurs collègues pour les aider à gérer leur stress. Les « Bienveilleurs », ce sont des collaborateurs·trices de Bouygues Bâtiment Ile-de-France qui s’engagent sur la base du volontariat à recueillir les mots mais aussi les maux de leurs collègues. 

Les « Bienveilleurs », ces salariés de Bouygues en lutte contre le stress

 

 

 

 

Libérer la parole des salarié·e·s sur leur stress

 

Ils sont 96 volontaires, des salarié·e·s sélectionné·e·s pour leur motivation à écouter leurs collègues. Surcharge de travail, problème avec un supérieur… Les « Bienveilleurs » se tiennent à la disposition de leurs collègues pour évoquer leur stress. L’initiative, mise en place par l’entreprise de BTP Bouygues Bâtiment Ile-de-France, vise à libérer la parole des salarié·e·s, pour qui il n’est pas toujours évident de s’adresser directement au responsable des ressources humaines, au médecin du travail ou aux managers.

 

Chacun·e peut donc se confier à ces « Bienveilleurs » par courriel, au téléphone ou en face-à-face. Parmi ces volontaires formés deux jours sur les risques psychosociaux par le cabinet Stimulus, tous les métiers et les échelons sont représentés afin de proposer une écoute adaptée aux 5 300 salarié·e·s de l’entreprise. 

 

Valérie Koïta, directrice Prévention Santé et Sécurité du groupe, a toutefois tenu à préciser au Parisien que « les Bienveilleurs ne se substituent pas aux réseaux de professionnels existants, ils sont une oreille complémentaire ». Tenus à la confidentialité, ils doivent, dans l’éventualité d’un cas grave, faire un signalement aux ressources humaines avec l’accord de la personne concernée. Les 96 volontaires peuvent par ailleurs partager leurs expériences lors de réunions bimestrielles. 

 

L’initiative, qui s’inspire des « sentinelles » au Québec, s’inscrit dans le cadre de Serenity, le programme de prévention du stress de Bouygues Bâtiment Ile-de-France. Il comporte des conférences, des formations, un numéro vert et le fameux réseau de salarié·e·s aidant leurs collègues à lutter contre le stress.

 

Différentes sources de stress

 

Le dispositif des « Bienveilleurs » vient répondre à un constat notamment mis en évidence par un sondage de ViaVoice montrant que les trois quarts des actifs estiment que les relations humaines au travail se sont encore dégradées en 2019. Un diagnostic partagé par tous les secteurs d’activité et toutes les catégories socioprofessionnelles. 

 

Le même sondage montre toutefois que 73 % des personnes interrogées se disent prêtes à donner de leur temps pour développer des actions de convivialité et de bienveillance au sein de leur entreprise. Les « Bienveilleurs » assurent donc une écoute clé au sein de l’entreprise, mais peuvent-ils véritablement remédier au stress éprouvé par les salarié·e·s ?

 

L’Observatoire Stimulus de la santé psychologique au travail a montré en 2017 qu’un quart des salarié·e·s était en état d’hyperstress, dangereux pour leur santé. Les raisons ? Elles tiennent avant tout à la charge et l’organisation du travail ainsi qu’au management, plutôt qu’aux relations humaines. 

 

La CGT a précisément souhaité mettre en lumière les différentes sources de stress subies par les employé·e·s de Bouygues Bâtiment Ile-de-France : « Il y a les plannings à respecter, des cadences soutenues, les déplacements d'un chantier à un autre et des managers qui mettent la pression ». Le syndicat s’est montré sceptique sur l’efficacité du dispositif, compte tenu des « 500 projets en cours et 2 milliards de chiffre d'affaires par an ». 

 

Cet article a été réalisé dans le cadre de la « France des solutions », en partenariat avec l’association Reporters d’Espoirs.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer