Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 6 février 2015 - 13:18 - Mise à jour le 12 février 2015 - 10:15
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[EDITO] La transparence en matière de d'utilisation des dons

De plus en plus d'associations communiquent sur l'affectation réelle des dons récoltés. Une manière de montrer leur professionnalisme et de rendre plus concrets les besoins en financement. Pour autant tous les projets ne sont pas valorisables de la même façon et on ne peut pas ignorer que les frais de fonctionnement font aussi partie de la réalité des associations d'aujourd'hui.

[EDITO] La transparence en matière de d'utilisation des dons

La mode du financement participatif a accéléré les campagnes de collecte de dons par projet : on ne finance pas une association mais un projet précis. L'idée est de personnaliser au maximum l'appel au financement et de permettre un suivi d'avancement visible de la mise en place de l'action.

Si détailler les besoins est utile, il ne faut cependant pas que cela cache l'importance des frais de fonctionnement. Certains financeurs exigent en effet de ne soutenir que les frais liés au développement du projet, estimant que les frais de fonctionnement (salaires, charges diverses) n'en font pas partie. C'est considérer qu'une association est un ovni qui ne doit faire appel qu'au bénévolat et que le fait d'avoir des salariés est une forme de professionnalisation qui "gâche" la cause et sa valeur ; c'est méconnaître grandement le monde associatif d'aujourd'hui et oublier que la professionnalisation des associations est un gage d'efficacité.

Par ailleurs, ne collecter des fonds que par le biais d'un projet ne permet pas de financer tous les projets d'une organisation. Nombreuses sont celles qui ont des projets, ou des causes, qui sont moins facile "à vendre", qui sont moins glamour, et pour lesquels il est difficile de récolter de l'argent. Dans ces cas-là, il faut soit collecter globalement, pour l'ensemble du projet associatif, soit préciser que les dons affectés à un projet permettent en partie d'en financer d'autres.

C'est le choix de la fondation de l'Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines qui indique, sur le formulaire de don, que 12% du montant versé sert pour 5% aux frais de gestion et pour 7% à un fonds mutuel (ce fonds ayant pour but de financer des projets sans donateurs mais importants pour l’université).

Une transparence claire et précise qui donne à voir la réalité des structures à but non lucratif qui allie recherche de financement par projet et financement global. Une manière intelligente d'impliquer et de responsabiliser le donateur, sans doute une réponse à certains freins concernant le soutien au frais de gestion.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer