Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 30 mars 2016 - 13:35 - Mise à jour le 7 juin 2016 - 05:02
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[ANIMAUX] Michel et Augustin mis sous pression par l'association L214

L’association L214, dédiée à la défense des animaux, vient de contraindre la marque Michel et Augustin à abandonner les œufs de batterie. La campagne d’information mise en place par l’association a porté ses fruits, ce qui n’a pas vraiment plu aux « trublions du goût ».

[ANIMAUX] Michel et Augustin mis sous pression par l'association L214

Une mousse au chocolat passée au crible

À première vue, une mousse au chocolat peut difficilement être l’objet d’une polémique. Excepté lorsqu’on regarde d’un peu plus près sa composition et son mode de fabrication. C’est ce qu’a fait l’association L214 avec Michel et Augustin, le fabricant de produits alimentaires qui se surnomme « les trublions du goût ». L’association a critiqué la marque française pour son utilisation d’œufs de batterie. Autrement dit, des œufs de poules élevées en cage. L214 a fait part de son mécontentement de plusieurs manières, en vain. L’association a donc décidé de monter d’un cran en lançant une campagne d’information, accompagnée d’une pétition pour contraindre la marque à cesser de recourir aux œufs de batterie. Pari gagnant puisque quelques heures plus tard, Michel et Augustin a affirmé que cette pratique serait bannie d’ici octobre 2016.

D’autres efforts sont à réaliser

Michel et Augustin est la 4e marque à s’engager à ne plus utiliser d’œufs de batterie dans ses produits, prenant ainsi le même chemin que Novotel, Monoprix et Colruyt. En qualifiant le fabricant français de « trublions du dé-goût », L214 a certes remporté une bataille. Cependant, de nombreux efforts restent à faire en matière d’éthique et d’exploitation animale dans les industries françaises.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer