Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 19 juillet 2016 - 09:46 - Mise à jour le 16 août 2016 - 21:27
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[CAS MÉCÉNAT] RENAULT MOBILIZ UN PROGRAMME SOLIDAIRE DÉDIÉ À LA MOBILITÉ

Depuis toujours le constructeur a l’ambition d’être prestataire de mobilité durable pour tous. Voilà pourquoi en rachetant Dacia à la fin des années 90 il se lançait dans la voiture à un prix accessible dit low cost , une expression qui a fait florès depuis. Mais combien de personnes sont exclues de l’achat d’un véhicule dont la fourchette de prix se place entre 8 000 et 10 000 euros ? Beaucoup puisque plus de 8 millions de personnes vivent aujourd’hui en France sous le seuil de pauvreté. Pour revendiquer une offre s’adressant à tous, il faut donc aller beaucoup plus loin.

[CAS MÉCÉNAT] RENAULT MOBILIZ UN PROGRAMME SOLIDAIRE DÉDIÉ À LA MOBILITÉ

Et c’est ce que tente de faire le groupe dans le cadre de sa politique de Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE) avec le programme solidaire Renault Mobiliz. L’idée est de trouver des solutions innovantes pour donner accès à la mobilité – souvent indispensable pour trouver ou garder un emploi – à des personnes en difficulté. L’idée sous‐jacente est de soutenir un entrepreneuriat rentable dont les profits sont réinjectés dans l’entreprise pour en augmenter l’impact social.

Comme d’autres Renault a la volonté d’agir, mais les choses ne sont pas aussi faciles qu’il y paraît, car il faut avant tout éviter de casser le modèle classique et préserver l’équilibre de l’entreprise. Raison pour laquelle le programme solidaire du Groupe Renault s’appuie d’abord sur un partenariat avec le monde académique et tous ses acteurs. L’objectif est de réfléchir au développement des entreprises de projets économiquement soutenables ayant un impact sur la réduction de la pauvreté et de l’exclusion en France. La réflexion est menée avec d’autres entreprises comme Danone, Schneider ou Veolia pour un partage d’expériences au sein d’Action Tank Entreprise et Pauvreté. Le constructeur parraine de surcroit la chaire Entreprise et Pauvreté d’HEC.

Les garages solidaires

Cette réflexion a abouti à la création de garages solidaires. Leur mise en place est le fruit d’une étude menée en 2011 sur la mobilité auprès d’une population cible dont les revenus ne dépassaient pas 1 000 euros par mois. Très vite s’est imposé le sujet de la réparation, en particulier mis sur la table par les femmes ayant d’autant moins confiance dans les garages qu’elles ne connaissent souvent pas grand‐chose à la mécanique automobile. Leur seule expérience positive est le plus souvent celle de garages associatifs solidaires. Il en existe une centaine en France créés par d’anciens mécaniciens et pratiquant des prix très en dessous de ceux du marché. Du coup chez Renault l’idée a germé de proposer un service respectant les standards d’accueil et de qualité de la marque aux personnes en situation financière précaire, mais à des tarifs similaires à ceux pratiqués par les garages ssociatifs. Présenté et testé uprès du réseau en 2012, le rojet a d’abord séduit une inquantaine de garages sur quelque 3 500.

Il s’agit d’un programme d’entrepreneuriat social

La réticence majeure des garagistes à proposer leurs services à un coût horaire unique de 35 euros hors taxe (contre 40 pour un garage de campagne et 100 pour un concessionnaire parisien) était a crainte d’être submergés de demandes. La réalité est bien différente puisque jamais les clients ne viennent en direct, mais sur recommandation d’un prescripteur. Pour éviter que les garagistes soient juge et partie, le groupe au losange a mis en place ce programme avec l’aide d’associations qui adressent aux garages les bénéficiaires d’une réparation. Sont impliquées dans l’opération de toutes petites associations locales omme de grandes à l’image d’Emmaüs, des Restos du Cœur, mais aussi le Fonds d’Action Sociale du Travail Temporaire FASTT) très concerné par la mobilité au travail et bien sûr de Pôle Emploi.

Les craintes d’une « invasion » de demandes sont loin d’être fondées puisqu’aujourd’hui seules 1 000 personnes ont bénéficié de ce service via les 310 garages qui ont adhéré au programme Renault Mobiliz. En moyenne un concessionnaire de taille importante reçoit un bénéficiaire du programme par semaine alors qu’il compte 80 clients chaque jour.

« Beaucoup de garages ne voient personne », précise François Rouvier et c’est bien dommage au regard des huit millions d’individus au seuil de pauvreté ou en dessous. Parmi ceux‐ci nombre d’entre eux ne sont pas dans les radars des associations ou de Pôle Emploi. D’où l’idée de créer un site où les candidats potentiels pourraient voir eux‐mêmes s’ils sont éligibles et ensuite être orientés directement vers une structure. L’objectif étant clairement d’augmenter le nombre de bénéficiaires. Pour aller plus loin, le groupe expérimente aussi l’aide à l’achat d’un véhicule neuf par les personnes en situation précaire. Le programme lancé dans le cadre d’Action Tank avec le groupe Total, la Banque Postale, le groupe Caisse d’Épargne et aussi l’Adie permet en rognant sur les marges la mise en place d’un microcrédit pour l’achat d’une Dacia ou d’un Kangoo. Les toutes premières commandes commencent à arriver.

The good drive pour alléger le prix du permis

TGD pour The Good Drive a été créé par Mobiliz Invest SA en partenariat avec les écoles de conduite ECF sur l’idée d’une « ubérisation » des auto‐écoles. Il s’agit d’une application téléchargeable sur son mobile qui fonctionne comme une console de jeux. Elle donne accès à de nombreuses situations de conduite permettant de gagner des points avec une progression pédagogique. À l’issue des dix séquences représentant une quarantaine d’heures de nombreux automatismes sont acquis. Conclusion : moins de temps à passer au volant d’une voiture pour apprendre à conduire et un prix de revient du permis bien moindre.

Cet article est extrait du Carenews Journal n°5.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer