La Fondation pour l'Islam de France pourrait renaître de ses cendres

La Fondation pour l'Islam de France pourrait renaître de ses cendres
Lancée en 2005 par Dominique de Villepin, la Fondation des œuvres pour l'Islam de France est toujours restée inactive. Dans le contexte actuel, marqué par les attentats et le fléau de l'islam radical, elle pourrait être relancée.


Assurer la transparence du financement de l'islam de France

L'islam de France est régi par différentes institutions, dont la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF) et la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris (FNGMP). Chacun de ces organismes bénéficie de financements, émanant de pays comme l'Algérie, l'Arabie Saoudite ou encore le Maroc. La Fondation des œuvres pour l'islam de France (FOIF) a été créée à l'origine pour centraliser cet argent et permettre l'assainissement du financement de l'islam de France. Dotée d'un million d'euros à l'origine, elle devait notamment servir à gérer la construction des mosquées françaises et à assurer leur bonne gestion. Restée dormante depuis sa création, la FOIF n'a jamais joué son rôle.

Un moyen de lutte contre l'islamisme radical et les actes terroristes

Aujourd'hui, le Premier ministre Manuel Valls estime qu'il est temps de relancer la FOIF. Selon lui, il est plus que jamais primordial de « reconstruire une capacité de financement française » de l'islam, afin de l'aider « à se débarrasser de ceux qui le minent de l’intérieur » et, par la même occasion, de lutter contre l'islamisme radical et les actes terroristes. Le gouvernement souhaite bâtir un pacte durable avec l'islam de France, dans lequel la FOIF aurait une place centrale. Si plusieurs personnalités musulmanes soutiennent la Fondation, sa relance est pour le moment toujours en chantier.

 

, , ,