Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 14 décembre 2016 - 12:15 - Mise à jour le 13 janvier 2017 - 14:51
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[ENTRETIEN] Thérèse Lemarchand, présidente et co-fondatrice de Commeon

À sa sortie de l’école des Ponts et Chaussées Thérèse Lemarchand n’était pas particulièrement destinée à relever le défi de la modernisation du mécénat. Curieuse et passionnée elle a pourtant mis à profit ses premières années d’expérience professionnelle pour lancer la plateforme d’engagement participatif Culture Time devenue Commeon. Avec l’ambition d’y réunir tous les projets d’intérêt général pour les financer grâce au crowdfunding. 

[ENTRETIEN] Thérèse Lemarchand, présidente et co-fondatrice de Commeon

Comment vous est venue l’idée de créer cette plateforme de crowdfunding ?

Ingénieur de formation j’ai commencé ma carrière en travaillant dans l’ingénierie nucléaire d’une entreprise publique EDF. Devant partir à Singapour pour raisons familiales et alors en congé parental j’ai eu l’opportunité de me consacrer à une autre de mes passions, l’art contemporain. En travaillant pendant deux ans dans l’une des plus grandes galeries de la ville.

De retour en France en 2000 j’ai participé à la création de la première galerie d’art sur internet, Envied’art.com que j’imaginais comme un tremplin pour les jeunes artistes. J’étais toujours chez EDF en congé pour création d’entreprise. Ce qui m’a permis de réintégrer cinq ans plus tard la direction commerciale puis de prendre la responsabilité des grands comptes.

Mais pendant ces six dernières années, j’ai multiplié les rencontres pour savoir comment apporter de la valeur ajoutée dans la culture et me suis approprié les besoins de financement des structures. Et en 2014 j’ai créé un site de crowdfunding Culture Time, permettant aux particuliers et petites entreprises de contribuer au mécénat culturel. C’était un site 100% mécénat et nous avons été les premiers à faire le pari d’une plateforme sectorielle. Avec deux objectifs: créer des outils correspondant à des besoins et développer une communauté d’intérêts sur des projets. 

Nous avons fonctionné ainsi pendant deux ans puis nous avons été sollicités pour mettre nos outils à disposition d’autres causes. Nous avons alors décidé d’élargir le champ à l’ensemble de la philanthropie comme le patrimoine, la santé ou l’éducation. Et en même temps de changer de nom puisque Culture Time est devenu Commeon. 

 

Comment fonctionne aujourd’hui Commeon ?

Nous mettons en oeuvre trois types de collectes:

Des campagnes de crowdfunding avec un objectif déterminé. Par exemple une campagne de deux mois pour financer une bibliothèque en Haïti, une autre pour le financement des costumes de la Flûte enchantée qui sera donnée en mars 2017 à l’opéra de Dijon, ou encore pour participer à la restauration du Choeur des Moines de l’église de St-Germain des Prés à Paris (don moyen de 100 euros).

Mais aussi des programmes annuels de mécénat pour soutenir une manifestation avec une contribution annuelle. Comme les Artistes en Résidence du festival de La Roque d’Anthéron, le concours C. Génial 2017 qui récompense les projets les plus innovants dans le domaine scientifique,  le théâtre la Liberté à Toulon pour l’obtention du label Accessiweb (200 euros en moyenne).

Enfin un module de don simple sans contrepartie pouvant être déporté sur le site d’un partenaire. 

Nous venons de passer le million d’euros de collecte avec un don moyen de 120 euros avec un ancrage territorial fort puisque 70% des donateurs sont géographiquement proches des causes qu’ils soutiennent. Depuis mai 2014, plus de 180 projets ont été menés à bien sur commeon.com, réunissant plus de 8 000 mécènes participatifs particuliers et entreprises partout en France.

C’est une plateforme qui a vocation à référencer et mettre en avant toutes les initiatives et nous travaillons avec tous types de structures: ministères, associations, fondations, collectivités….

Notre changement de nom s’est accompagné d’un élargissement des services proposés. On a ainsi lancé le portefeuille philanthropique digital, idéal pour évangéliser et engager dans la durée. 

Cela permet de se dire: je connais mes revenus et si je donnais 1%, 2%….à des causes en les attribuant au fur et à mesure des projets émergents qui me plaisent. J’ai de plus mes reçus fiscaux et mon compte en ligne. Et aussi de développer la fierté des donateurs par rapport à leur entourage.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer