25 novembre, journée contre les violences faites aux femmes

25 novembre, journée contre les violences faites aux femmes
Le 25 novembre est la journée internationale de lutte contre la violence faite aux femmes, l'occasion de revenir sur quelques chiffres accablants et sur le plan de lutte contre les violences faites aux femmes présenté par Najat Vallaud-Belkacem.


En Afrique du sud, une femme est violée toutes les 23 secondes. Au Bangladesh, une femme sur deux a déjà subi des abus physiques de la part de son conjoint. Aux Etats-Unis, une femme est battue par son partenaire toutes les 15 secondes. La France n’est pas épargnée. En effet, selon les chiffres de l’INSEE, entre 2010 et 2011, 5.5% des femmes âgées entre 18 et 75 ans ont subi des violences sexuelles ou physiques. La plupart du temps, les bourreaux font partie de l’entourage proche des victimes: conjoints et ex-conjoints principalement. Dans ces cas de violences conjugales, seule une femme sur trois se déplacerait à la gendarmerie ou à la police selon les estimations. Parfois, ces violences entraînent la mort. D’après les chiffres du ministère de l’intérieur, en 2012, 148 femmes ont perdu la vie sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint.


Face au constat alarmant, la ministre en charge du droit des femmes Najat Vallaud-Belkacem a présenté le 22 novembre un plan triennal de lutte contre ces violences. L’objectif principal est de favoriser le dépôt de plaintes et les poursuites engagées. La ministre souhaite également donner une réponse sociale au problème. Le nombre d’intervenants sociaux présents dans les commissariats et gendarmeries devraient être doublé. La ministre a annoncé la signature de convention avec les associations d’aides aux femmes battues. Le plan est consultable ici.

C'est en 1999 que l'ONU a proclamé le 25 décembre comme “journée pour l'élimination de la violence faite aux femmes”. La date a été choisie en mémoire aux trois soeurs Mirabal, militantes dominicaines brutalement assassinées par les ordres du chef de l'Etat, Rafael Trujillo.

Ban Ki-Moon, secrétaire général de l'ONU, a déclaré: “Je me félicite que de nombreuses voix s’élèvent en faveur de l’éradication de cette violence, qui touchera près d’une femme sur trois au cours de sa vie. Je salue l’action des dirigeants qui s’efforcent, par leur action législative et par un changement des mentalités, de contribuer à cette cause. Je rends également hommage à tous ces héros qui, partout dans le monde, aident les victimes à se rétablir et à devenir des agents de changement.

, , , , , , , ,