Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 27 janvier 2017 - 14:35 - Mise à jour le 13 février 2017 - 13:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[MIGRANTS] Accueil des réfugiés en Suède : l’intégration active

Mercredi 18 janvier, France Bénévolat organisait une conférence sur « Comment mieux intégrer les réfugiés et les migrants dans nos sociétés » à la Maison de l’Europe. Cette conférence avait pour but de mettre en lumière les pratiques innovantes d’accueil des réfugiés en Europe du Nord.

[MIGRANTS] Accueil des réfugiés en Suède : l’intégration active

Anders Carlberg, chef du service de recherche développement et éducation de la région Västra Götaland en Suède, accompagné de Adnan Abdul Ghani, fondateur de l’initiative « Autogestion de camps de réfugiés par les réfugiés eux-mêmes » dans le plus grand camp de réfugiés en Suède sont venus présenter leurs projets et leurs résultats. Deux axes majeurs se distinguent, les groupes de soutien pour faciliter le processus d’intégration et le langage comme outil principal d’assimilation.

 

Groupes de soutien : définir les besoins des réfugiés pour mieux y répondre

À leur arrivée en Suède, les réfugiés sont incités à participer à des groupes de soutien qui pourraient s’apparenter à un groupe de parole. Les réfugiés de toutes nationalités parlent entre eux de leur vie, de leurs expériences et de leurs souhaits pour ce nouveau départ, construisant ensemble de nouveaux projets et consolidant la solidarité au sein du camp.

Au départ seules 35 personnes sur un camp de 1 000 migrants ont accepté de participer à l’expérience, maintenant, près de 50 % du camp y participent. Cela a permis d’identifier les besoins, les profils et les envies des différentes personnes facilitant le processus d’intégration.

Au début, les initiateurs de ce projet ont eu du mal à convaincre. Les associations, jugeant les réfugiés trop fragiles et les considérant avec un statut de victimes, ne pensaient pas que les faire participer à leur propre processus d’intégration était une bonne chose. Ce à quoi répondait Adnan Abdul Ghani : « Don’t babysitt refugiees ! ». Certes ce sont des victimes, mais ils ont survécu à beaucoup de choses ce qui montre qu’ils sont capables de faire ce travail d’intégration. Les assister n’aide en rien le processus d’intégration. Il faut leur donner les outils pour qu’ils s’intègrent d’eux-mêmes.

 

L’apprentissage de la langue comme priorité

Pour que la barrière de la langue ne soit pas une difficulté supplémentaire, des cours d’anglais et de suédois sont mis à la disposition des réfugiés. Il est déjà arrivé que certains migrants se servent de leur meilleur niveau pour prendre l’ascendant sur les autres et jouer de leur « pouvoir ». L’apprentissage du suédois se fait généralement en 6 mois, mais une méthode provenant de Norvège permet d’apprendre la langue en 7 semaines seulement et est actuellement en cours d’expérimentation en Suède avec 1500 étudiants (4 heures par jour et 4 jours par semaine). Il a également été remarqué que travailler avec des réfugiés en tant que traducteurs ou assistants professeurs donnait de meilleurs résultats. De plus, les enfants scolarisés sont de très bons transmetteurs auprès de leurs proches, partageant leurs savoirs appris à l’école avec leur famille.

 

Selon Anders Carlberg et Adnan Abdul Ghani, l’intégration des migrants par les migrants est donc la clé pour une meilleure assimilation. De nombreuses initiatives similaires ont déjà eu lieu dans plusieurs camps d’Europe, les réfugiés sont incités à participer à des actions bénévoles auprès des citoyens afin de se mélanger, de mieux connaître la culture et la langue du pays en question. Cela leur permet également de se sentir utile et partie intégrante de la société. L’association France Bénévolat mène elle-même différentes actions en France pour que les réfugiés s’investissent dans différents projets locaux : entretien du camp, aide aux personnes en difficultés ou tout simplement traducteurs ou passerelles entre les associations et les migrants.           

 

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer