Aller au contenu principal
Par Partagence - Publié le 14 mars 2017 - 14:05 - Mise à jour le 14 mars 2017 - 14:22
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Inondations de juin 2016 : témoignages de sinistrés aidés par Partagence

Alors que le rapport sur les inondations de juin 2016 a été remis à la ministre de l’Environnement le 8 mars dernier, Partagence a recueilli le témoignage de sinistrés dans le sud Seine-et-Marne.

Inondations de juin 2016 : témoignages de sinistrés aidés par Partagence

Contigüe à Nemours, la petite ville de Saint Pierre-lès-Nemours n’a pas connu la même médiatisation que sa voisine au moment de la crue de juin 2016. Et pourtant ! Les riverains du Loing ont été littéralement submergés : sur les 78 familles aidées par l’association dans le sud Seine-et-Marne, 29 y habitent. Rencontres avec trois d’entre elles à l’occasion d’une des nombreuses distributions matérielles.

Jacques : « J’ai failli mourir »

« J’ai failli mourir ». Ce sont les premiers mots de Jacques lorsqu’il évoque la crue. En moins d’une demi-heure, il a vu l’eau envahir sa maison, sa voiture emportée par le courant, son imposant buffet projeté au plafond. « Je suis monté sur la table de la salle à manger avec mon chien, j’avais de l’eau jusqu’au cou, elle était glaciale ». Panique. Il a réussi à sortir, son chien au bout d’une laisse, pour se réfugier sur un muret. Un bénévole est venu le sauver. Quelques jours plus tard, il a failli faire une pneumonie. Après avoir été hébergé par son fils, il est rentré chez lui début janvier. Aujourd’hui, Jacques est pessimiste ; il a peur que cela se reproduise. Don de Partagence : 2 armoires, une table basse, une commode.

Mireille : « On a besoin de sortir de l’ombre »

Mireille est toujours en colère. Parce qu’elle n’a pas été prévenue de l’arrivée de la crue et parce que la mairie ne s’est pas occupée d’eux. « J’ai eu 1m35 d’eau dans la maison, tout était foutu ». En décembre dernier, à l’approche des fêtes, elle poussait un « coup de gueule » dans le journal local pour dénoncer la situation de détresse de dizaines de sinistrés. C’est d’ailleurs à la suite de cet article que le lien s’est créé avec Partagence et que le programme s’est déployé sur la commune. Mireille a hésité avant de se déclarer comme sinistrée auprès de la mairie car elle considérait que « d’autres avait plus besoin d’aide » qu’elle. Elle a néanmoins voulu « sortir de l’ombre pour enfin être reconnue comme victime ». Prochaine étape pour Mireille : créer un collectif de vigilance avec les riverains pour se défendre et se faire entendre.  Don de Partagence : table basse, commode, meuble bas.

Nathalie : « Je ne voulais plus revenir, j’avais peur »

Nathalie a retrouvé le sourire. Après des mois de galère, elle est revenue habiter chez elle le 15 février dernier avec son mari et ses fils de 8 et 10 ans. Le 1er juin dernier, en conduisant ses enfants chez une amie, elle a été bloquée par la montée de l’eau. Elle a laissé ses fils en sécurité pour revenir chercher son chien et quelques affaires, en mettant « une serpillère sur le pas de la porte pour éponger au cas où ». Elle ne se doutait pas qu’il allait y avoir 1m30 d’eau dans sa maison. Son mari absent au moment de crue, elle a dû gérer la situation seule et cela n’a pas été facile. Pendant plusieurs mois, ils ont pris une location. « J’ai voulu vendre, j’avais peur, je ne voulais plus vivre ici ». Pour remettre la maison en état, les entrepreneurs ont du tout casser et ne « laisser que les 4 murs » avant de tout réaménager à neuf pour enfin repartir. C’est avec beaucoup d’émotion qu’elle a accueilli l’équipe de Partagence. Don de Partagence : deux chambres complètes pour enfant (armoire, lit, chevet), du linge de maison, une table basse.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer