Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 24 mai 2017 - 09:07 - Mise à jour le 6 juin 2017 - 06:45
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[LU] L’engagement étudiant désormais reconnu pour la validation des diplômes

En 2016, ce sont 21 % des 15-35 ans qui déclarent avoir une activité bénévole, selon une étude menée par le Gouvernement. Un chiffre en augmentation de 5 % par rapport à celui de 2010. Face à la croissance de l’engagement citoyen, la loi Égalité et citoyenneté acte sa reconnaissance et apparaît comme un signal positif envoyé par les pouvoirs publics.

[LU] L’engagement étudiant désormais reconnu pour la validation des diplômes

Égalité et citoyenneté

Dans le cadre de la loi Égalité et citoyenneté, initiée en mars 2015 et adoptée par le Parlement en décembre 2016, le Gouvernement a souhaité « rassembler les Français autour des valeurs de la République ». L’enjeu est d’autant plus essentiel à la lueur des récents attentats qui ont frappé la pays et qui ont réactivé les fractures de la société française. Faire confiance à la jeunesse, valoriser son action comptent donc parmi les réponses apportées dans ce contexte de crise. 

 

Généraliser la culture de l’engagement citoyen

En parallèle de l’extension du service civique et de la création d’une réserve citoyenne, la loi prévoit « la reconnaissance systématique de l’engagement dans les formations de l’enseignement supérieur ». Le décret d’application de cette mesure a été publié au Journal officiel le 11 mai dernier, avalisant le dispositif pour la rentrée 2017-2018. Les compétences acquises dans le cadre d’activité d’intérêt général seront valorisées, selon « un principe de validation obligatoire au sein des formations de l’enseignement supérieur ». En d’autres termes, via le système européen ECTS (European credits transfer system), les jeunes citoyens bénéficieront de crédits d’enseignements en fonction des missions accomplies au sein du secteur associatif. Des dispenses totales ou partielles de stages obligatoires pourront aussi être proposées. Ce programme fait figure d’impulsion positive pour une jeunesse qui, jusqu’à lors, hésitait à s’engager en raison d’un manque de reconnaissance. Problème désormais résolu grâce à cette nouvelle loi, qui promet une meilleure conciliation entre études et engagements.

 

Faire confiance aux établissements d’enseignements supérieurs

Si le projet Égalité et citoyenneté assure une cohérence nationale dans la reconnaissance de l’implication des étudiants, les universités conservent néanmoins une marge de manoeuvre. Les établissements Paris-III Sorbonne Nouvelle et Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand ont par exemple signé depuis 2016 avec Animafac, un réseau d’associations étudiantes, une convention afin d’expérimenter un statut national de responsable associatif. Les étudiants, au-delà d’une simple validation de crédits ECTS, pourraient alors bénéficier d’aménagements de scolarité pour s’investir pleinement en parallèle de leurs cursus. 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer