Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 24 mai 2017 - 15:56 - Mise à jour le 30 mai 2017 - 08:19
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[LU] La philanthropie vue par la génération Y

Un rapport sur la philanthropie de BNP Paribas met la lumière sur l’esprit philanthrope de la génération Y, née après 1980. Approche globale, réseaux sociaux, recherche de partenariats, héritage familial : le point sur la philanthropie vue par la génération Y.


[LU] La philanthropie vue par la génération Y

Impact global, entreprenariat, outils numériques et partenariats

Contrairement aux philanthropes du baby-boom, la génération Y ne se cantonne pas à une seule ville ou à une seule région. Elle recherche un impact global, une onde de choc ressentie par plusieurs populations dans différents endroits. Avec, bien sûr, une sensibilité particulière pour la protection de l’environnement. Les jeunes issus de la génération Y n’hésitent pas à créer leur propre entreprise pour soutenir les causes qui leur tiennent à cœur, désireux d’apporter leur pierre à l’édifice de la solidarité. Pour collecter des fonds, recruter, s’informer et sensibiliser, ils ont recours aux outils numériques, à commencer par les réseaux sociaux. Le partenariat occupe également une place importante dans la stratégie des jeunes philanthropes. Ils recherchent en permanence des partenaires pour cofinancer leurs projets ou les mettre en place, ainsi que pour échanger de bonnes pratiques.

Innover sans oublier son héritage

La génération Y a à cœur d’innover tout en tenant compte de son héritage familial. Un travail d’équilibriste qui consiste à bénéficier d’un savoir-faire tout en intégrant des techniques modernes. En famille ou en solitaire, les jeunes philanthropes sont conscients que la famille apporte un soutien qu’aucun partenaire ne peut égaler. La performance est également une priorité pour la génération Y. Les outils numériques leur permettent de mettre la main sur différents indicateurs de performance. « Nous avons modifié notre structure organisationnelle de manière à assurer une gestion plus professionnelle de la fondation et nous mesurons la performance », rapporte Lavinia Jacobs présidente de la Jacobs Foundation (Suisse).

 

Source : Rapport sur la philanthropie individuelle 2017 de BNP Paribas (en anglais)

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer