Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[SOCIAL TECH] Volpy : l’appli écolo pour recycler vos téléphones

[SOCIAL TECH] Volpy : l’appli écolo pour recycler vos téléphones
Chaque mardi, la Careteam présente une initiative alliant nouvelles technologies et intérêt général. Parmi les nombreuses #techforgood, lumière cette semaine sur l’application Volpy, qui propose aux particuliers de racheter et de recycler leurs anciens téléphones. La jeune start-up reverse également deux euros pour chaque mobile reçu à l’entreprise solidaire Pur Projet, qui oeuvre pour la reforestation dans le monde.




Rémunérer les particuliers en échange d’anciens téléphones

La start-up Volpy rémunère les particuliers qui donnent leurs anciens téléphones. La jeune entreprise a mis en place une application qui permet d’évaluer la valeur du portable. Une fois cette dernière installée sur le mobile, une série de seize tests est réalisée et affiche une somme de rétribution indicative. Après cette première étape, Volpy vous invite à commander un coursier ou à demander un bon d’envoi pour transmettre votre appareil. Enfin, une dernière étape, à réception du mobile, détermine la somme qui vous sera versée. La démarche s’inscrit dans un projet écologique et vise à lutter contre le stockage inutile d’anciens objets qui pourraient être réutilisés ou recyclés.

 

Soutenir l’action de Pur Projet, une entreprise solidaire

Au-delà d’un geste responsable, l’application Volpy permet aussi d’effectuer un geste solidaire. Pour chaque téléphone reçu, la start-up s’engage en effet à reverser deux euros à l’entreprise solidaire Pur Projet, agissant pour la reforestation à travers le monde. Les raisons de ce partenariat ? « La fabrication de smartphones participe grandement à la surexploitation des ressources naturelles. Chez Volpy, nous voulons contribuer à endiguer ce phénomène, qui se traduit notamment par une déforestation intensive. C’est pour cela que nous nous associons à Pur Projet. Ensemble, nous proposons de participer à une meilleure intégration des activités humaines dans les écosystèmes forestiers » affirme l’équipe. 

, , ,