Aller au contenu principal
Par Fondation OCIRP - Publié le 19 octobre 2020 - 10:33 - Mise à jour le 19 octobre 2020 - 10:33
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Fondation de l’OCIRP – une étude Ifop pour mesurer l’impact de l’orphelinage sur la scolarité

La France compte 610 000 orphelins de moins de 25 ans, soit en moyenne un ou deux enfants par classe ayant perdu son père, ou sa mère, ou les deux – tel que le définit le dictionnaire. Un sujet d’envergure mais néanmoins complexe dont s’est emparé l’OCIRP, organisme de protection sociale investi dans ce domaine depuis sa création. Or un jeune orphelin est un enfant ou un adolescent dont la scolarité est fragilisée. C’est en tout cas ce que démontre l’étude Ifop publiée à la rentrée 2020 par la Fondation de l’OCIRP, afin de sensibiliser les enseignants et le grand public.

Fondation de l’OCIRP – une étude Ifop pour mesurer l’impact de l’orphelinage sur la scolarité

Les orphelins : des élèves comme les autres ?

Pour mettre en lumière l’impact de l’orphelinage sur la vie scolaire des élèves, l’OCIRP publie une étude édifiante menée avec l’Ifop. 77 % des élèves orphelins interrogés jugent cet impact négatif. Leur scolarité étant affectée, près de la moitié des 15 ans et plus connaissent des difficultés d’orientation. Dès leur majorité, ils sont 43 % à déclarer des conséquences sur le choix de leur carrière professionnelle, et 28 % des adultes orphelins n’ont pas de diplômes (soit 11 points de plus que la moyenne nationale).

Au vu de ces chiffres, le rôle des enseignants apparaît comme fondamental. Lorsqu’ils sont interrogés, ceux-ci se déclarent d’ailleurs en très grande majorité – 93 % – sensibles et concernés par la situation des orphelins. Et pourtant, peu savent comment appréhender ces situations dans leurs classes. 59 % estiment manquer d’information pour gérer la situation. 72 % perçoivent un manque de soutien et de ressources pour les aider. Résultat : près de la moitié des enseignants redoute de se retrouver face à un élève orphelin, s’estimant « inapte » à l’accompagner comme il se doit.

La crise sanitaire remet le sujet du deuil d’un parent sur le devant de la scène

L’enquête Ifop publiée par l’OCIRP en cette rentrée 2020 s’est attachée à intégrer à ces données un sujet de taille : la pandémie. Intitulée à dessein Les enseignants face à la réussite scolaire des orphelins et au deuil des élèves à l’heure de la COVID, elle montre combien les deux sujets sont imbriqués.

De façon générale, les enseignants sont 65 % à craindre une baisse de niveau des élèves et 39 % à redouter que les élèves ne reprennent pas leur rythme de travail habituel. Or leur inquiétude est accrue à l’endroit des élèves orphelins. Pendant le confinement, les parents ont été mis à contribution pour assurer une continuité pédagogique à la maison ; de fait, les enfants n’ayant qu’un parent ou plus de parents ont été fortement pénalisés, et ce à tous points de vue. C’est la raison pour laquelle neuf enseignants sur dix estiment qu’ils doivent accentuer leur vigilance. Et la perte d’un parent ou d’un proche des suites du COVID-19 est pour eux un cas de deuil qui doit faire l’objet d’un accompagnement spécifique.

L’OCIRP publie en libre accès un guide pratique inédit en France

L’enquête Ifop est claire : les enseignants ont besoin d’être informés et demandent à disposer de ressources en la matière, elle confirme les résultats de la première enquête réalisée fin 2016. La Fondation OCIRP travaille depuis plusieurs mois à la réalisation d’un guide pratique : Être orphelin à l’école : mieux comprendre pour mieux accompagner. L’ouvrage a été élaboré avec une équipe pluridisciplinaire comptant dans ses rangs des pédopsychiatres, des professeurs d’université et des professionnels de l’éducation. Le guide est accessible à tous, autant aux enseignants qu’au grand public soucieux de s’informer, sur le site de l’OCIRP. Il est également disponible en format papier en adressant une demande à fondation@ocirp.fr

La fondation a également lancé une campagne de sensibilisation, Ne laissons pas un élève orphelin faire le deuil de sa réussite. Elle est présente sur les réseaux sociaux, sous le hashtag #orphelinsàlecole, et s’accompagne d’un film-témoignage ainsi que de la plateforme numérique de ressources ecole-orphelin.fr.

Parce que les enseignants sont 77 % à se déclarer « aptes » à gérer un élève orphelin après avoir été formé, la Fondation OCIRP a souhaité désormais mettre à disposition du plus grand nombre les conclusions de nombreuses années de travaux et d’études.

Infographie
Infographie Fondation OCIRP / Ifop : Ne laissons pas un élève orphelin faire le deuil de sa réussite

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer