Aller au contenu principal
Par Association Française des Fundraisers (AFF) - Publié le 7 mai 2020 - 15:14 - Mise à jour le 7 mai 2020 - 15:18
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Impacts du Covid-19 : les premiers chiffres

Alors que la générosité semble impossible à compter ces dernières semaines, l'incertitude demeure sur le bilan final de cette crise : bulle de générosité ou repli des donateurs ? Pour prendre le pouls, l'agence Isoskele a lancé un baromètre en quatre vagues, dont la première a sondé 1000 français entre le 27 et le 31 mars (soit à la fin de la première quinzaine de confinement). Premiers chiffres : l'incertitude est partagée par les donateurs interrogés. "Plus d’un tiers des donateurs et des non-donateurs ne savent pas encore si leur comportement sera affecté", note ainsi le baromètre.

Si près de la moitié ne souhaite pas modifier son comportement de don, ils sont aussi 4% à penser arrêter ou diminuer leurs dons, tandis que 5% pensent augmenter leur générosité et 6% pensent à soutenir de nouvelles associations (en plus de celles déjà soutenues). Parmi les causes qui voient leur popularité croître se trouve évidemment la recherche médicale et la lutte contre les maladies (+5 pts) mais aussi l’aide d’urgence aux populations civiles victimes de conflits, catastrophes naturelles ou épidémies (+3 pts) ou la protection de l’environnement (+5 pts). Résultats de la seconde vague à venir très bientôt…

A noter également les premiers résultats de la consultation menée par le Mouvement Associatif dès le début de la crise en partenariat avec Recherches & Solidarités. Recueillant plus de 16 000 réponses de dirigeants associatifs entre le 20 mars et le 17 avril, la consultation note que 65% des structures répondantes ont été contraintes de se mettre temporairement en sommeil et que 81% ont été contraintes d'annuler des événements (pour 44% alors qu'ils constituent le cœur de leur activité).

Par ailleurs, parmi les 55% des structures qui anticipent déjà les conséquences économiques à 6 mois (le reste estimant qu'il est trop tôt pour se prononcer ou n'étant "pas personnellement en mesure de répondre"), 27% anticipent une perte significative des revenus d'activité, 24% des difficultés de trésorerie, 22% une baisse des aides financières publiques, 21% une perte des subventions et 15% une baisse des soutiens financiers privés. Pour en savoir plus sur la consultation et sur la mobilisation du Mouvement Associatif en faveur de mesures d'urgence face à ces constats, rendez-vous ici sur son site.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer