Aller au contenu principal
Par Le Labo de l'ESS - Publié le 5 octobre 2020 - 15:51 - Mise à jour le 5 octobre 2020 - 15:51
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[Initiative] Pénestin, commune pionnière de l’autoconsommation énergétique

Rencontre avec Michel Bauchet, premier adjoint au Maire en charge de l’urbanisme et de l’énergie, qui retrace l’histoire de ce projet hors du commun de centrale photovoltaïque communale en autoconsommation collective qui inspire aujourd’hui de nombreuses autres communes.

Mairie de Pénestin

 

Située à l’embouchure de la Vilaine et à la frontière entre la Bretagne et les Pays de Loire, Pénestin est une commune littorale du Morbihan comptant 1 987 habitants à l’année et 35000 l’été. Aux côtés de Cap Atlantique, l’intercommunalité dont elle dépend, elle œuvre depuis de nombreuses années en faveur de la transition énergétique, jusqu’à être devenue pionnière en matière d’autoconsommation collective [1]. Michel Bauchet, premier adjoint au Maire en charge de l’urbanisme et de l’énergie, retrace l’histoire de ce projet hors du commun de centrale photovoltaïque communale en autoconsommation collective qui inspire aujourd’hui de nombreuses autres communes.

Une commune engagée de longue date dans la transition énergétique

L’intérêt de Pénestin pour les énergies renouvelables n’est pas nouveau. En 2009 déjà, le Maire, Jean-Claude Baudrais, qui était aussi Vice-Président de Cap Atlantique en charge de l’énergie et « très proche de la nature » précise Michel Bauchet, s’oriente vers les énergies renouvelables « pour supprimer le gasoil des bâtiments communaux ». Pour cela, il fait installer des panneaux solaires sur le toit de la Mairie. À l’époque, l’électricité produite est entièrement revendue à un fournisseur d’énergie car l’autoconsommation n’en est qu’à ses balbutiements et la plupart des producteurs ne consomment pas leur propre énergie.

Le projet fonctionnant, la Mairie souhaite poursuivre son engagement en faveur des renouvelables et projette d’installer de nouveaux panneaux solaires sur une salle de sport et sur les ateliers communaux mais un décret [2] suspendant l’obligation d’achat de l’électricité produite par certaines installations photovoltaïque vient bloquer le projet. Il faudra attendre 2017 et des avancées législatives pour que Pénestin puisse passer à la vitesse supérieure. Cette année-là, après avoir participé à un appel à projets, la commune est choisie par le Ministère de la transition écologique pour lancer une expérimentation de centrale photovoltaïque en autoconsommation collective, en même temps que trois autres villes françaises : Forcalquier, Perpignan et Bordeaux.

Une ville pionnière de l’autoconsommation collective…

Le projet semble simple : installer des panneaux solaires sur le toit du bâtiment qui abrite les ateliers communaux, pour produire de l’électricité consommée par la douzaine d’artisans implantés autour de ce bâtiment se trouvant dans la zone artisanale du Closo. « À l’époque on avait seulement le droit de raccorder des consommateurs qui étaient sur la même boucle électrique que les producteurs » précise Michel Bauchet, en précisant que la loi a depuis évolué puisqu’il est aujourd’hui possible d’avoir des consommateurs situés dans un rayon d’un kilomètre autour du producteur.

Pour pouvoir lancer l’opération d’autoconsommation, la commune met en place Partagélec, une association qui réunit les producteurs et les consommateurs du projet à savoir : la commune de Pénestin, Morbihan Energies (syndicat d’électrification), Cap Atlantique (l’intercommunalité) Enamo (bureau d’études) et les Artisans. Cependant, les démarches administratives et techniques qui s’en suivent vont s’avérer complexes car inédites mais Pénestin, pionnier, défriche le terrain.

Pour pouvoir être raccordée au réseau national d’électricité, la commune signe une convention avec Enedis, la toute première pour un projet de ce type. Cela lui coûtera « des heures et des heures de téléphone », se souvient l’adjoint au Maire en ajoutant que la mise en place de cette convention reste « ce qui a été le plus compliqué et qui nous a pris le plus de temps », mais le travail porte ses fruits puisque huit mois plus tard, le projet d’autoconsommation collective est lancé avec 140 panneaux solaires, sur une surface de 234 m² et une puissance totale de 140 kWc [3].

Commune de Pénestin

…très motivée par la consommation locale

Les partenaires ont eu raison de s’accrocher puisque aujourd’hui, le projet fonctionne tellement bien que la production de la centrale est largement au-dessus des prévisions, ce qui permet aux artisans de consommer 98% de l’électricité produite, et Michel Bauchet d’ajouter « que c’est aussi sans doute parce que Pénestin dispose d’un ensoleillement important par rapport au reste de la Bretagne ! »

Le surplus qui n’est pas consommé localement est revendu à Enercoop – coopérative fournisseur français d’électricité d’origine renouvelable - qui a été choisi « pour son implantation en Bretagne et son investissement dans le développement durable » complète l’adjoint au Maire.

Motivés par une démarche de circuits-courts et la volonté de s’engager dans la transition énergétique, Michel Bauchet précise que «  c’est l’enjeu écologique qui nous a motivé, bien avant l’enjeu économique ! »

Les gains économiques ne sont pas absents pour autant puisque l’électricité produite est vendue « légèrement en dessous du prix du kilowattheure facturé par les fournisseurs d’énergie ». Mais c’est aussi grâce à la mise en place par Partagélec, d’un tarif unique de vente à 0,052 kWh HT, garanti sur 20 ans qui permettra in fine de faire des économies importantes.

Quand on lui demande si le projet intéresse, Michel Bauchet répond en riant « Oh vous savez, vous êtes la 10ème ou 11ème personne qui me demande une interview » puis révèle plus sérieusement que de nombreuses autres communes sont venues prendre exemple sur Pénestin pour réfléchir, voire démarrer des projets en autoconsommation collective. C’est le cas de Langouët, qui a inauguré son projet de traceur photovoltaïque [4]en autoconsommation collective il y a quinze jours. Une dizaine d’autres projets sont en cours dans le Morbihan et l’adjoint au Maire a eu des sollicitations de toute la France à la suite d’une intervention au Salon des Maires pour présenter le projet.

Entre dynamique collective réunissant plusieurs acteurs du territoire et démarche de circuits courts permettant de produire et consommer de l’énergie locale, l’exemple de Pénestin risque fortement de faire date dans l’histoire de l’autoconsommation collective : ces irréductibles bretons ont décidément plus d’un tour dans leur sac !

Pour aller plus loin

Rédaction : Sophie Bordères, Crédits photos : Mairie de Pénestin


[1] On appelle autoconsommation collective, la fourniture d’électricité est effectuée entre un ou plusieurs producteurs et un ou plusieurs consommateurs finals Définition du code de l’énergie à l’article L.315-2

[2] Décret n° 2010-1510 du 9 décembre 2010 suspendant l’obligation d’achat de l’électricité produite par certaines installations utilisant l’énergie radiative du soleil - https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000023212761/

[3] Le Kilowatt-crête (kWc) décrit la puissance nominale du kit solaire. Il ne doit pas être confondu avec le Kilowatt-heure (kWh) qui est l’unité de mesure principale utilisée dans le domaine du solaire. https://www.monkitsolaire.fr/blog/kwh-et-kwc-les-deux-unites-de-mesure-en-autoconsommation-n44

[4] Les traceurs sont des panneaux solaires mobiles qui suivent la course du soleil, ce qui leur permet d’être plus productifs.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer