Aller au contenu principal
Par PIE - Publié le 9 mars 2021 - 09:00 - Mise à jour le 10 mars 2021 - 16:46
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Le DLA Paris accompagne la mutation des Hauts de Belleville

L’association Les Hauts de Belleville gère un Foyer Jeunes Travailleurs (FJT) et une Maison de la Jeunesse et de la Culture (MJC) dans le 20ème arrondissement de Paris. Cette structure d’éducation populaire a engagé d’importants travaux de rénovation de ses locaux ainsi qu’une réorientation stratégique visant à être davantage ouverte sur le quartier. Une mutation facilitée par Paris Initiative Entreprise dans le cadre du DLA.

 

Le FJT et la MJC des Hauts de Belleville sont en pleins travaux lorsque Marnia Bouhafs rejoint l’association en 2018 en tant que co-directrice. Expérimentée, ayant dirigée plusieurs MJC, elle souhaite proposer des axes de développement précis à l’approche de la réouverture des locaux en septembre 2019 ; que la MJC devienne plus qu’un lieu de pratique culturelle en s’affirmant aussi comme un lieu de vie du quartier et de production locale alternative à « l’accueil inconditionnel ».

Pour l’aider dans sa démarche, Marnia Bouhafs se tourne vers Paris Initiative Entreprise : « la richesse de PIE, c’est que vous pouvez mobiliser à la fois les outils France Active et le DLA ! », estime Marnia Bouhafs. L’association Les Hauts de Belleville bénéficie d’un prêt solidaire de 125 000 euros, qui lui permet de se maintenir à flot jusqu’à la réouverture de ses locaux : « sans trésorerie extérieure, on aurait été en cessation de paiement, on n’aurait pas pu relancer l’activité de la MJC ! »

Une structure engagée dans l’insertion sociale et l’animation d’un quartier

 

87 logements sociaux, adossés à la MJC, ont été ici remis à neuf. Ils sont accessibles à des jeunes de 18 à 30 ans en situation de précarité suivis par le Samu Social, Action Logement et la Ville de Paris.

 

« On parle souvent du travail, mais depuis que je suis ici, je réalise que c’est le logement qui est la base pour faire de l’insertion. Une fois qu’on est bien chez soit, on peut commencer une structuration » analyse Marnia Bouhafs. « J’ai envie qu’on considère ces jeunes comme les autres habitants du quartier, pas comme des jeunes en insertion qu’on aide. La MJC permet ça avec les activités communes ; elle est un catalyseur. »

 

La MJC dispose désormais d'un bar/café ouvert sur la rue Borrégo, pensé comme un lieu de vie ouvert aux habitants du quartier comme aux résidents du foyer.

 

Tous les dimanches la MJC organise un brunch où les produits sont fournis par une AMAP, et propose des paniers végétariens à un prix fourchette de 5-10 euros, en fonction de ce que chacun peut donner. Des bénévoles viennent cuisiner et rencontrent des personnes âgées seules, des familles, des jeunes du foyer, « à qui on explique ce qu’est une AMAP  (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne) » précise, amusée, Marnia Bouhafs. Des liens se nouent, la solidarité s’exprime tout en se cultivant, puisqu’en parallèle la MJC organise des débats, des projections de films ou des performances artistiques.

 

Les locaux de la MJC accueillent également des associations et entreprises culturelles qui peuvent y travailler sereinement. Ici la programmatrice du Théâtre Ouvert du 20ème arrondissement. 

 

Officiellement née en 1962, cette structure qui accueille depuis le FJT et la MJC était à l’époque la première du genre à être financée par des crédits HLM. A sa réouverture en septembre 2019, après deux ans de travaux, ses locaux ont mutés ; un bar-café ouvert sur la rue Borrégo, un gymnase rénové, et aussi des espaces disponibles à la location comme des studios de musique et de danse tout équipés, et un terrain d’URBAN soccer.

 

Le DLA, un outil précieux pour légitimer la réorientation stratégique d’une structure 

 

Deuxième solution sollicitée auprès de PIE par les Hauts de Belleville pour accompagner son développement : le Dispositif Local d’Accompagnement (DLA). Une aide au long cours sous forme de conseils en stratégie. « Ça a tout de suite matché avec Coline, la consultante PIE qui s’est chargée à la fois de notre demande de DLA et de financement ; ça compte la confiance mutuelle. Elle a été sensible au lieu avec une grande capacité d’écoute » se souvient la co-directrice de l’association. « Je savais exactement ce dont j’avais besoin et elle a su répondre à ce besoin. On a réfléchi à comment développer un objet économique qui tienne la route, elle a fait un business plan. » 

Coline Lefebvre est venue présenter ces axes de développement formalisés devant le Conseil d’Administration de l’association. Un soutien précieux pour Marnia Bouhafs : « Ça m’a permis de légitimer ma parole et d’avoir une double écoute. En tant que nouveau venu, si vous arrivez au premier Conseil d’Administration en disant « vous avez fait des mauvais choix, maintenant on va faire ça », c’est compliqué ! ».

 

Marnia Bouhafs a une grande expérience dans l’encadrement de jeunes de tous horizons et dans l’animation de quartiers. Elle a dirigé plusieurs MJC, après avoir été éducatrice dans un collège, directrice de centre de loisirs et de colonies de vacances.

 

Après le diagnostic partagé finalisé par la chargée de mission DLA, un cahier des charges est réalisé avec la directrice des Hauts de Belleville pour trouver le spécialiste qui pourra l’accompagner et la conseiller sur la réorganisation du temps de travail des salariés de l’association afin d’aller vers une plus grande polyvalence des tâches, une plus grande efficacité. C’est Valérie Pilla, consultante externe en Relations Humaines, qui a été choisie pour effectuer cette mission d’accompagnement qui a donné lieu à des recommandations aujourd’hui effectives au sein de la MJC : chaque salarié est désormais en charge de l’entretien de sa zone de travail.

Quel plaisir, à l'inauguration des lieux, de voir ce qui n'était alors que des chiffres sur un business plan prendre forme !"  Coline Lefebvre, chargée de l'accompagnement DLA du projet

Consultante et chargée de mission DLA chez PIE durant trois ans, Coline Lefebvre est aujourd'hui responsable de programmes d'accompagnement et de coaching au sein de l'incubateur La Ruche.

 

“L'accompagnement des Hauts de Belleville a été complexe... et complet !" témoigne Coline Lefebvre, chargée de l'accompagnement DLA de l'association Les Hauts de Belleville au sein de PIE. "Pouvoir mener une mission dans un contexte si changeant était très challengeant et a demandé beaucoup d'adaptabilité. Mais quel plaisir, à l'inauguration des lieux, de voir ce qui n'était alors que des chiffres sur un business plan prendre forme !

A titre personnel cela m'a aussi permis de rencontrer Marnia, une femme inspirante et engagée, et de découvrir ce lieu accueillant", explique-t-elle. Résident à quelques rues des Hauts de Belleville, elle est aux premières loges pour suivre la belle évolution de l'association qu'elle a soutenue avec engagement et bienveillance.   

|| Le Dispositif Local d'Accompagnement est un projet co-financé par l'Etat, le Fonds Social Européen, la Banque des Territoires et la Ville de Paris. ||

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer