Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 2 avril 2020 - 15:00 - Mise à jour le 9 juillet 2020 - 17:48
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Léa Thomassin, « Le modèle économique du pourboire correspond à l’ADN du secteur associatif »

Pour ce cinquième épisode de la saison 3 du podcast Changer la norme, Flavie Deprez reçoit Léa Thomassin, cofondatrice de HelloAsso. Cette plateforme met gratuitement à disposition des associations des outils numériques et digitaux adaptés à leurs besoins pour récolter des fonds.

Crédit photo : Carenews.

« Mener des activités économiques, soutenables et qui préservent les êtres humains et la planète, c’est une notion qui m’a interpellée très tôt. » Sensibilisée dès l’adolescence aux questions de développement durable — et à celles de l’entrepreneuriat —, impliquée dans la création d’associations, Léa Thomassin décide très tôt de faire de son engagement la base de son activité. 

Après des études en école de commerce, « pour comprendre les tenants et aboutissants de l’économie », elle souhaite aider les associations en mettant à leur disposition des outils numériques et digitaux. Alors, en 2009, elle lance avec Ismaël Le Mouël Mail for Good, un dispositif de signatures d’email solidaires permettant de générer des micro-dons pour des associations grâce à un lien publicitaire. Le projet se transforme et devient en 2013 HelloAsso. Billetterie pour les événements, collectes de dons, campagnes de crowdfunding… la plateforme s’adresse à l’ensemble des acteurs associatifs. Différence revendiquée :  HelloAsso est entièrement gratuit.

Le pourboire comme modèle économique

Afin de se rémunérer, la plateforme s’appuie d’abord sur une double source de financement. Elle fait ainsi un détour par le BtoB, mettant ses compétences digitales et numériques au service de fondations d’entreprises. Le modèle économique sur lequel elle veut se construire repose sur les contributions volontaires. Pour chaque action effectuée sur la plateforme, l’utilisateur est invité à donner quelques euros supplémentaires pour assurer le développement du site. 

Et l’idée fonctionne. Elle fonctionne même si bien que, dès 2015, 50 % des revenus d’HelloAsso proviennent de ces pourboires, ce qui lui permet de mettre fin à ses activités en BtoB pour se consacrer exclusivement aux associations.

Le pourboire est un modèle qui correspond à l’ADN du secteur associatif (...). Il nous permet aujourd’hui de financer intégralement le fonctionnement d’HelloAsso et de payer nos salariés », explique Léa Thomassin. 

À ce jour, la plateforme a récolté 220 millions d’euros au profit des associations, dont 100 millions en 2019.

L’entrepreneuriat, source de solutions sociales et environnementales

2015, c’est aussi l’année qui marque la mise en place chez HelloAsso d’un mode de gouvernance partagée, où les décisions sont prises collectivement. « En 18 mois, nous sommes passés de 15 à près de 70 personnes », relate Léa Thomassin. « Or, si on ne construit pas un socle de valeurs communes, si on ne définit pas des principes de travail ou les comportements qu’on attend les uns des autres, on risque d’aller dans le mur. » Pour elle, l’entrepreneuriat donne les moyens d’introduire, même à petite échelle, des changements positifs dans nos sociétés actuelles. 

En France, nombreuses sont les entreprises qui utilisent les nouvelles technologies pour apporter des solutions innovantes à des problèmes sociaux et environnementaux. Si les initiatives engagées dans la Tech for Good se multiplient sur le territoire, pour l’entrepreneure, il n’en demeure pas moins important que celles-ci soient soutenues par une volonté politique clairement affichée. « Quand un État manifeste son désir de voir se développer des entreprises innovantes, mais nourries par des préoccupations environnementales et sociales, il oriente automatiquement les volontés en ce sens. »

#20h05JeDonne, le mouvement solidaire contre le coronavirus
En partenariat avec les sites de crowdfunding Ulule et KissKissBankBank et l’application de collecte GiveXpert, HelloAsso a lancé le 31 mars la plateforme don-coronavirus.org. Celle-ci référence 150 collectes d’urgence lancées dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19. Les particuliers peuvent y faire un don aux associations qui œuvrent en première ligne pour soutenir les personnels soignants ou viennent en aide aux personnes isolées ou fragilisées. L’initiative, nommée #20h05JeDonne, s’inscrit dans la continuité du mouvement de solidarité qui pousse chaque soir les Français à applaudir les professionnels de la santé.

* Changer la norme est soutenu par la Fondation Entreprendre.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer